Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 avril 2009

Parce que c'était lui, parce que c'était moi...

Lorsque je l’ai effleuré la première fois j’ai tout de suite su.

Le genre parce que c’était lui, parce que c’était moi.

La rencontre s’opéra au printemps, au Printemps.

Non je ne suis pas cinglée, n’est ce pas une augure de se rencontrer au Printemps, au printemps ?

Ca me tombait dessus, comme ça en plein midi. Je l’ai reconduis  chez moi en bramant Diane Dufresne.

Waow !

Nous vécûmes des années de grand bonheur, nous abandonnant à de joyeuses libations, il me protégeait, me réchauffait, m’illuminait.

J’en avais aimé d’autres avant lui, mais aucun ne m’avait octroyé cette divine nitescence.

Je lui demeurai fidèle durant de longues années, fermant les yeux sur ses fréquentes incartades. C’est, qu’il était convoité, le Diable !

- Envoûtant, intemporel, moderne, ensorceleur et magicien, il était sans pareil pour révéler la féminité, la séduction et la sensualité présente dans chaque femme.-

Pendant un temps, je fermai les yeux sur ses parjures. Tant mes rivales étaient suaves, je me fondais dans le cercle très fermé des amantes expertes et virtuoses.

Puis vint l’époque où il commença gauchement à se galvauder.

Il me fit entrer dans des colères noires, des nuages s’ensuivaient des orages, des orages s’enchainaient des cassures.

Je le délaissai souvent, le plaquai maintes fois mais toujours, je finissais par revenir.

Ca n’était plus ça.

Je le reconnus mille fois planant aux alentours, enveloppant une nouvelle maîtresse, de son étrange aura.

Je l’ai croisé hier…

S’iI me sembla vulgaire, il ne m’apparut  pour autant, moins troublant.

Je jaugeai sa dulcinée…

Mignonette en leggings, French manucurées des pieds (et si !!!) lhassa apso en laisse…

Je scrutai les fanfreluches quand un petit génie a déboulé d’un coup.

Il m’a invité à  faire un vœu sans plus attendre.

Dare-dare, je lui ai demandé que toutes les pépettes cessent sur-le- champ de porter

 Aromatic Elixir…

 

ar.jpg

                                               Maintenant, j'attends...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Je voue au mien un culte inconditionnel, passionnel et exclusif.
Tous les autres me paraissent fades, sans âme, insignifiants.
Il est fait pour moi et je n’ai jamais croisé de rivale, bien que parfois je revienne à la raison et m’avoue qu’il s’est accroché à d’autres cous.
Sans lui je suis perdue, transparente, pas vraiment moi.
Certains matins il m’entête, remplit lourdement l’espace, est exubérant au point que j’ai peur qu’il n’importune mes voisins de voyage.

Le matin quand il m’effleure la peau, un frisson parcourt mon échine. Mais c’est le soir que je le préfère. Quand toutes les futilités ont été emportées dans l’activité de la journée, les notes de tête et celles de cœur; quand je retrouve son fond, quand je le sens tout contre moi, doux, puissant, raffiné, voluptueux, sensuel, envoûtant, et que nos odeurs se mêlent pour n’en faire qu’une. L’alchimie opère alors et je sais que notre relation est unique.

Écrit par : Bianca | 24 avril 2009

Je préfère l'ancienne disposition.
Le changement m'effraie.
Je vais tout faire à l'envers ce soir.
eébrutrep sius eJ.

Écrit par : Bianca | 24 avril 2009

Les commentaires sont fermés.