Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 avril 2009

Oeil pour Oeil, Dent pour Dent

vengeance.jpg
Salut les Gueusards,

« Les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnaît. »

 Il ne pensait pas si bien dire, Feu Michel Audiard, et je viens d'en faire les frais...

Ca fait une semaine que je ne décolère pas.

Mon sang il bout tellement dans mes veines, que j'parie que ça fait de l'écume...

Mon palpitant, il tambourine si fort qu'on dirait que c'est le TGV qui entre en Gare du Nord.

Bref, une vraie furie je suis !

J'ai appelé ma mère, j'y ai expliqué...

Elle m'a dit que je devais acheter de l'aubépine, ma mère.

Elle a pas tout saisi, je crois.

J'en suis à me demander si je vais pas racoler un tueur à gage et elle, ma mère, elle me parle des bonnes grâces de la phytothérapie.

Tu l'auras compris, je bous...

J'te retrace vite fait l'affaire.

Tu prends un vieux pote qui est dans la merde. Pas dans une bouse gringalette, non dans la mouscaille jusqu'au cou.

Tu lui offres l'hospitalité, tu le nourris, tu le blanchis, tu lui prêtes des thunes.

Tu planques tous les médocs, toutes les cordes, tous les canifs de la masure parce qu'il est grave suicidaire l'oiseau, et que tu ne dors que d'un œil.

Le soir, comme il est insomniaque tu lui chantes des berceuses jusqu'à pas d'heure.

Peu à peu, tu le remets debout.

Une fois remplumé, l'oiseau repart chasser.

C'est dans la poissarderie qu'il décidera de shopper.

Je te dresserai le portrait de la cradoque un autre jour, je te rappelle que j'ai mon sang qui bout et que j'suis un peu charrette rapport que j'dois attaquer ma feuille d'impôts.

 

Une fois d'aplomb, te disais-je, le vautour s'est arraché.

Et là, pour te rendre grâce, il te fait le coup de pute le plus vil, le plus à l'envers que tu puisses imaginer.

 Pire que la bassesse, pire que l'entourloupe.

Le vieux coup bas qui sonne l'heure du talion.

Adonc les gueusards, si vous avez des  techniques de châtiments, je suis preneuse.

On m'épargne les tuyaux du genre que le plus grand mépris c'est le silence, je serais plutôt dans l'état d'esprit :

                   Du Sang, De la Chique et du Mollard.

A bientôt mes gueux !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Moi qui connais un peu l'histoire, je trouve que t'aurais pu développer davantage! Juste pour que le lectorat, il comprenne mieux pourquoi elle bout autant ma mère.
Raconte leur comment des faux gitans t'ont piquer ta came en te disant d'aller manger tes morts...

Écrit par : Constance | 28 avril 2009

*Constance: Yes, eux ils vont les manger leurs morts... Mais ça va pas être simple, rapport que lui, il mange plus rien rapport qu'il picole trop, et elle a un ANNEAU...

Écrit par : Pascale C | 28 avril 2009

Ce galet est vraiment génial.Avec mes copines du Touquet on en est toutes fanes.Moi j'en commande par boites entières.Et exclusivement à Pascale.Surement pas à cette grosse baltringue d'Eric qui est poilu comme un ours.(soit dit entre nous il va bientôt se faire déplumer).Vive les galets et les Rigatonis...

Écrit par : Martine | 28 avril 2009

Tu devrais lui envoyer de la documentation sur les problèmes d'érection...

Écrit par : Dominique Toublain | 28 avril 2009

* Martine: Merci Martine, t'es trop cool, ;)
* Dom: Il a un problème d'érection? Merde, Jack voulait lui couper la nouille...

Écrit par : Pascale C | 28 avril 2009

Comment peut-on avoir un anneau gastrique et demeurer aussi énorme?

Écrit par : Constance | 28 avril 2009

* Constance: Tu l'as dit Bouffi! Et comment peut-on être aussi crapette et vendre de l'épilation???

Écrit par : Pascale C | 28 avril 2009

C'est clair que j'aimero pas vire eus' marone... Du rouch à ses lef', du brin à sin cul!!!

Écrit par : Constance | 28 avril 2009

Serais-je en train d'enterrer définitivement le glamour de ce blog?

Écrit par : Constance | 28 avril 2009

* Constance: Ayé, le blog se chti-ise...:)

Écrit par : Pascale C | 28 avril 2009

Les commentaires sont fermés.