Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 avril 2009

Popotins

 

sondage.gif

Parmi les ravissements que nous allouent la belle saison, il y en a un qui m'amuse grave, c'est de me prélasser en terrasse !

Hier, j'ai donc passé une partie de l'aprème dehors et à la buvette...

Bin Ouais,  pour commenter un match il vaut mieux être au stade...

Bref,  tout en ballant des bassines de Ruinart, avec deux acolytes alcoolos, on a jacassé au soleil jusqu'à être en brosse complet !

Oui, ma vie est harassante parfois !

L'ordre du jour fut vite fixé. Nous décidâmes de mener une étude substantielle sur une question cruciale dont la synthèse allait probablement changer le cours de toute notre vie.

Ainsi nous  colloquâmes sur la Fesse.

Nous menâmes une investigation minutieuse par un examen poussé du bétail en place.

Nous travaillâmes sur un échantillonnage de 50 donzelles.

50 donzelles répertoriées équitablement, à savoir des grosses, des très grosses, des mastodontes, des minces, des filiformes, des décharnées.

Nous recensâmes 40 femmes blanches, 10 femmes noires,  espérâmes un temps, intercepter à tout le moins une ou deux Brésiliennes.

Mais nous fîmes chou blanc. (Si tu débarques, je te rappelle qu'on est dans la Brousse ici)

Cette très tatillonne enquête nous amena à la conclusion suivante

 à 90%  LA CAUCASIENNE A LE CUL PLAT...

 

Comme tu le vois, force est de constater que l'après-midi fut très constructive.

Afin de poursuivre et de parfaire notre très solennelle étude, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir répondre à notre sondage…

Il n'y a évidemment rien à gagner, nan mais, pis quoi encore.

 

 

 

                                                                       sondage-gratuit-34208_58855.php

 

Allez mes nouilles, à + et n'oublie pas d'acheter le Muguet demain...

Publié dans Potins | Commentaires (5) |  Facebook | |

29 avril 2009

Les Clubbers de l'Acropole

Je vis dans un trou.

Bin oui,

n’en chagrine la parigote trendy,

de la très profonde blogosphère,

des millions d’humains

créchent en province.

Bref, le but ici n’étant nullement de considérer le parisien

comme l’instrument d’une croisade

mais plutôt de lui dévoiler les charmes de la cambrousse ,

et pour être encore plus précise,

la balourdise de ses autochtones.

Mon bled sur l’échelle de la branchitude fait pitié.

Nonobstant ces carences modesques

(on se fait à tout !)

avec le temps,

si je me suis attachée au patelin,

j’ai un lourd contentieux avec ses contadins.

Je vais te conter tout cela en images ça sera plus éloquent…

 

C’est parti :

 

Attention, certaines images peuvent être de nature à heurter la sensibilités des plus revêches...

 

 

terrasse.jpg
Clic, clic clic ici

 

*************************
*****************
****************
************
***************
*************************************************************************
scoop.jpg
Avec ses barmen Canons de la Mort
*****************************************
*********************************
*****************************
*****************
***********
***
************************************************************************
relooking024.jpg
Le bar Trendy où l'on te farde
********************************************************
***********************************
*************************
*****************
***********
*****************************************************************************
relooking013.jpg
Où l'on dégage un peu plus ton front pour te faire une gueule de Con Contadin
*****************************************************************************************
***********************************************************
************************************
*************************
*****************
***********
***
Ensuite,
lorsque la nuit tombe,
que le contadin et la contadine commencent à frissoner,
et qu'ils n'y voient plus rien
avec leur masque Dolce Gabbana
*******************
************
*********
******
***
*
Clic, Clic, Clic là
normal_iguanecafe_122007_15.jpg
Parce que les filles sont hype
********************************************
**************************************
***********************
***************
***
*****************************************************
igwane.jpg
Habillées comme à Paris
***********************************************
***************************
***********************
******************
***************
***
************************************
normal_iguanecafe_122007_34.jpg
Les D.J ont un regard pénétrant
*****************************************
***************************
**************
***********
***
normal_iguanecafe_210208_10.jpg
**************************************
******************
************
********
***
Et tu peux faire ta Cindy Sander
jusqu'au bout de la nuit
sans que Dédé Manoukian,
il te fasse bouffer ton papillon de lumière!
Ils l'aiment pas Dédé, ici.
Ils disent qu'il y connait rien en sansson chanson
et qu'il est messant méchant...
***********************************
**************
**********
***
Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.
T'es pas à Paris ici!
Il va me lapider le contadin...
***
à bientôt mes têtards

28 avril 2009

Playing for Change

*****
EBLOUISSANT...
*******
***
*
J'ai des bons copains, j'ai reçu cette vidéo ce matin dans ma boîte, et aussitôt ma vie est devenue comme un clip...
***
C'est fabuleux ce qu'ils font...
***
Voici le lien pour rejoindre leur cause, et admirer le travail,
***

Oeil pour Oeil, Dent pour Dent

vengeance.jpg
Salut les Gueusards,

« Les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnaît. »

 Il ne pensait pas si bien dire, Feu Michel Audiard, et je viens d'en faire les frais...

Ca fait une semaine que je ne décolère pas.

Mon sang il bout tellement dans mes veines, que j'parie que ça fait de l'écume...

Mon palpitant, il tambourine si fort qu'on dirait que c'est le TGV qui entre en Gare du Nord.

Bref, une vraie furie je suis !

J'ai appelé ma mère, j'y ai expliqué...

Elle m'a dit que je devais acheter de l'aubépine, ma mère.

Elle a pas tout saisi, je crois.

J'en suis à me demander si je vais pas racoler un tueur à gage et elle, ma mère, elle me parle des bonnes grâces de la phytothérapie.

Tu l'auras compris, je bous...

J'te retrace vite fait l'affaire.

Tu prends un vieux pote qui est dans la merde. Pas dans une bouse gringalette, non dans la mouscaille jusqu'au cou.

Tu lui offres l'hospitalité, tu le nourris, tu le blanchis, tu lui prêtes des thunes.

Tu planques tous les médocs, toutes les cordes, tous les canifs de la masure parce qu'il est grave suicidaire l'oiseau, et que tu ne dors que d'un œil.

Le soir, comme il est insomniaque tu lui chantes des berceuses jusqu'à pas d'heure.

Peu à peu, tu le remets debout.

Une fois remplumé, l'oiseau repart chasser.

C'est dans la poissarderie qu'il décidera de shopper.

Je te dresserai le portrait de la cradoque un autre jour, je te rappelle que j'ai mon sang qui bout et que j'suis un peu charrette rapport que j'dois attaquer ma feuille d'impôts.

 

Une fois d'aplomb, te disais-je, le vautour s'est arraché.

Et là, pour te rendre grâce, il te fait le coup de pute le plus vil, le plus à l'envers que tu puisses imaginer.

 Pire que la bassesse, pire que l'entourloupe.

Le vieux coup bas qui sonne l'heure du talion.

Adonc les gueusards, si vous avez des  techniques de châtiments, je suis preneuse.

On m'épargne les tuyaux du genre que le plus grand mépris c'est le silence, je serais plutôt dans l'état d'esprit :

                   Du Sang, De la Chique et du Mollard.

A bientôt mes gueux !