Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 juin 2009

Et ton père?

aime-ton-pere.jpg

 

Je vais encore te parler de fêtes aujourd'hui.

Plus spécialement des fêtes familiales.

Moi, je les célèbre toutes.

Les anniversaires,

Noël,

Pâques

et tout le bataclan ...

Tu l'auras compris,

j'ai déjà du mal à résister à une embuscade

donc tu penses bien que je ne vais sûrement pas faillir à une coutume !

 

Non seulement, je me soumets aux observances

mais j'en imagine

et j'en établis...

Ainsi, depuis quelques années,

j'ai décidé de faire une grande fête chez moi,

à l'aube des vacances.

Une fête de famille,

d'enfants,

(ouais pas 212 non plus hein ?),

d'amis.

Une fête pour laquelle

je m'éclate à faire des listes,

à échafauder des menus,

 à faire la popote.

Bon, t'es pas chez une cousette ici,

aussi, tu n'auras ni photos de mes meringues,

ni recettes de mes zakouskis.

Je me cantonnerai pour tout potage

à t'expliquer mon attachement aux rites.

Je conçois malaisément

que l'on puisse avoir horreur des fêtes de famille.

Je comprends que l'on puisse avoir

des contretemps,

des dilemmes,

des empêchements.

Ce que je ne saisis pas c'est  le désintéressement pour ces traditions,

et surtout je me dis que

si plus personne ne les  perpétue,

et bien tout simplement,

un jour,

y'en aura plus.

Paradoxalement,

aujourd'hui je n'ai pas arrosé la fête des pères.

Non que j'ai un quelconque problème avec mon géniteur,

loin de là.

J'aime mon père.

Ou plutôt j'ai cette chance inouïe

   d'avoir conscience d'aimer mon père

et d'être certaine d'être aimée de lui.

Mais il n'y a pas que moi,

mais il n'y a pas que mon père.

Il y a près de moi d'autres enfants blessés,

d'autres pères malheureux et interrogateurs...

Des enfants et des pères pour qui cette journée a un sale goût de larme et de rancœur.

Des enfants pour qui cette fête réveille la culpabilité

et qui gâche la journée.

L'idée d'appeler ou de rendre visite traverse la tête 10 fois,

20 fois,

100 fois dans la journée

puis se fait la malle aussi sec.

Le père qui attend,

qui attend

mais qui au fond n'attend rien.

Lequel est le plus malheureux ?

aiimetonperee.jpg
On ne donne pas la vie
pour empêcher de vivre.
Aujourd'hui,
on cumule
Fête des pères
&
Fête de la musique...

Ca va foisonner les pères esseulés,

les oreilles collées aux baffles

et les yeux embués.

Souviens toi de Pinocchio :

« Tous les pères sont les mêmes !

Vient toujours un moment

où ils ne voudraient pas être regardés par leur fils

avec les yeux qu'ils leur ont faits. »

Si t'en vois un,

perdu dans la folle nuit,

somme-le

de se fringuer en punching-ball,

d'avancer vers son môme

 et seulement

d'écouter ce qu'il a, à lui dire.

C'est aussi cela la fête des pères...

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Tu m'as touché avec ce billet la Charogne... J'ai aussi la chance de vivre cette journée comme une fête où on célèbre chez moi l'amour père/fille. C'est pas le cas partout et j'aime que nous le rappelle avec ce billet.

Écrit par : L'AutreConstance | 22 juin 2009

Je vais pas me plaindre, moi j'ai mes deux jambes ;-)

Écrit par : Constance | 22 juin 2009

Enfin, je suis surtout un peu vivante.... J'avais oublié qu'y était mort!

Écrit par : Constance | 22 juin 2009

Touchant oui! Mais tous les pères n'ont pas les yeux embués de larmes ce jour là en l'absence de leur projéniture! J'en connais au moins un qui aurait pu avoir son fils ce jour là, sans problème pour moi! Mais comme l'an dernier il a eu son fils au téléphone et lui a dit qu'il lui offrirait dimanche prochain le cadeau qu'il lui a confectionné à l'école! C'est marqué dans le jugement, le deuxième et quatrième week end de chaque mois, y'a pas à revenir là dessus (sauf quand ça l'arrange...)

Écrit par : chrystel | 23 juin 2009

@L'AutreConstance: C'est bien Constance de réaliser la chance qu'on a... C'est grand, et ça n'est que ça le bonheur comme le disait Saint Augustin; "Le bonheur c'est de continuer à désirer ce que l'on possède"... C'est la vraie recette du bonheur! Profite...

@Constance: Y'a que ça qui compte ma chérie, c'est d'être vivant...

@Chrystel: No comment! J'arrête pas de le crier que la femme est l'avenir de l'homme!

Écrit par : Charogne Stoned | 24 juin 2009

" Le grand pbstacle au bonheur, c'est de s'attendre à un trop grand bonheur ".

FONTENELLE
(quelle sagesse!!! moi, un p'tit bonheur, ça m'irait très bien)

Écrit par : petite plume | 24 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.