Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 septembre 2009

Parenthèse

Crédit photo

uicide orange.jpg

 

Il pleut sur le sud

et on dirait pas le sud

justement.

Y'a pas de linge étendu sur les terrasses

et du coup

c'est moins joli !

Mais bon,

je ne travaille pas chez Orange,

je ne suis donc pas suicidaire...

Ne pense pas que j'évoque ici le sujet difficulteux,

du penchant à se faire sauter la cervelle

 chez notre opérateur d'exception,

sous prétexte,

 que je veuille m'attirer une foudre de commentaires...

Il pleut,

alors il pleut.

Ca me fout les boules grave,

certes.

Mais si hier,

 j'avais été fonctionnaire

et qu'aujourd'hui subito

je devais me mettre au boulot,

ou même,

 tout bonnement,

perdre mon boulot,

je soutiens, mordicus,

qu'en aucun cas,

je ne me ferais hara-kiri.

Ce matin, sous ma douche,

j'étais toute guillerette...

J'avais deux alternatives.

Ou la chance me souriait,

 j'obtenais deux petits mètres d'asphalte

et je déballais ma came

sur le juteux marché de Saint Tropez,

ou jour de guigne,

« Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées ;

 mon paletot aussi devenait idéal,

j'allais sous le ciel,

Muse, et j'étais ton féal,

Oh ! La, la ! que d'amours splendides j'ai rêvées ! »

 L'emplacement, Place des Lices

se joue à la tombola...

Ca n'était pas mon jour!

 

J'ai tracé ma route...

Sans colère,

sans chagrin,

et encore moins sans haine.

Et, j'ai pensé que

c'est ni plus,

ni moins

que ça le courage.

Cette force extirpée de la désespérance,

et de l'angoisse.

Je ne sais pas si je suis courageuse,

je sais au moins que je suis batailleuse.

J'honore alors mes vieilles souches paysannes

de m'avoir inculqué ce bon sens.

J'ai pris dernièrement une leçon de vie

qui est loin des intempéries Tropéziennes et

des pendaisons de chez orange.

Mais ces intempéries

et ces pendaisons m'y ont fait penser.

Merci.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Bavardages | Commentaires (7) |  Facebook | |

Commentaires

Hou là, bouton tu t'emballes!!!!
Mélancolie de la pluie, du grand Sud où il faut à tout prix qu'il fasse beau
et chaud.
Faut pas croire que la misère est plus facile au soleil, comme disait l'autre.
Foutaises, quand tu vas mal, tu vas mal même sur un yacht, pas vrai?
Donc pas de chance, pas d'amours splendides, la vraie vie quoi, pas de quoi se pendre, bouton, t'as raison!!!!
Quand au courage, moi, j'dis due c'est pas une force que l'on va chercher bien au fond de ses tripes, je pense que les gens au bout du tunnel, sans "courage" pour batailler sont très courageux de vivre chaque jour qui passe, qui pèse et qui
pourrit ton cerveau et ton coeur.
Alors, fi des souches paysannes, j'y crois pas!!!!
M'en veuille pas, bouton, mais après réflexion sur les commentaires, je me suis dit que tu ne devais pas recevoir ue du béni oui-oui, sinon tu n'avanceras pas, bouton, crois-moi, tu vaux un peu plus que cela;
Et demain, le soleil se lèvera sur St Trop ou peut-être pas et il faudra la vivre car lavie, la vie, faul la vivre......

Écrit par : petite plume | 15 septembre 2009

@ petite plume: Si tu veux lorsque je vais au marché et que mon Kbis n'est pas tiré au sort, j'aime autant qu'il fasse chaud pour étaler ma carcasse sur la plage... Tout bonnement...
A mon escient, c'est une des délectables façons de vivre ma vie...
:) :)

Écrit par : Charogne Stoned | 15 septembre 2009

T'as tout bonnement raison, no problem!!!!
ton machin-chouette finira bien par être tiré ausort, la loi des séries......
et t'auras profité de la plage!!!!
Elle peut être belle, de temps en temps cette p.... de vie.
Sans rancune????..........puisque tu veux des commentaires. (lol)

Écrit par : petite plume | 16 septembre 2009

@ petite plume: évidemment que c'est sans rancune, tu penses bien que je ne me fais pas appeler Charogne Stoned pour m'appesantir sous les applaudissements et les mamours.
Bin ouais j'avoue j'aime bien les commentaires...
Parler aux murs c'est moyen drôle; leur écrire c'est décourageant...
Il pleut comme vache qui pisse sur St Trop, no market et no affalage de ma carcasse on the beach...
Pire... No penny in my pocket... Mais bon!
Heureuse de te lire, en tout cas:)))

Écrit par : Charogne Stoned | 16 septembre 2009

c'est clair que petite ou belle plume ou plume acérée ou langue de....p...lume,
tout écrivain ou vaine a besoin d'être en ou découragé parfois pour faire chauffer les neurones; donc ok pour les commentaires bien mérités, (une petite plume, non fleur en passant, mais c'est exceptionnel), il faudra t'y faire, bouton!!!! ou
peste empierrée, si tu vois ce que je veux dire.
No market, no penny, no beach,pas de quoi mourir de rire mais bon,le soleil finira bien par chasser la pluie à moins que ce soit le début du déluge et de l'apocalypse.
COURAGE, fuyons???????

Écrit par : petite plume | 16 septembre 2009

Tiens bon la barre, et tiens bon le vent...

Écrit par : Constance | 19 septembre 2009

Il pleut, il pleut charogne, rentre à la maison.....
Il pleut sur St Trop, donne moi la main,
le ciel de St Trop rend ton coeur chagrin....
rain is falling down on your head....
la pluie ne cesse de tomber.....disait le Bécaud et
un p'tit coin d'parapluie contre un coin d'paradis...disait Brassens,

maintenant c'est toi qui vois, good luck and write!!!!!!!!!!!!! flic...floc...

Écrit par : petite plume | 20 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.