Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 octobre 2009

Il y a ton allure quand tu marches juste devant...

 

 

 

"Il y a"
- Inédit extrait du premier Best of, de Vanessa Paradis à paraitre le 23 novembre
et dès le 16 novembre en digital.
 Le titre a été écrit et composé par Gaëtan Roussel (Louise Attaque, Tarmac, Alain Bashung...),
le clip réalisé par Johnny Depp.
Waouwwww....
----------------------------------------
Et il y a tant…

 

C’est saisissant

comment on peut glaner sa propre réalité

dans une simple chanson !

Comment deux ou trois mots sans façon

peuvent te ficher sens dessus dessous…

« Il y a ton allure quand tu marches juste devant »,

je peux vénérer cette chanson

rien que pour ces quelques mots…

Ca me chamboule !

Et puis il y a

toutes les allusions,

toutes les ellipses du texte

qui te renvoient des pans entiers de ta vie

en faisant rouler de bon gré

les larmes sur tes joues.

Il y a tant de

« IL Y A »

dans chacun de nous ».

Il y a la force,

la puissance du temps.

Il y a les regrets,

les remords,

l’amertume,

les soupirs.

Il y a surtout l’ignorance,

et la connerie

de négliger que l’on est heureux 

lorsqu'on est heureux!

vanessa-paradis-20050411-34472.jpg

Il y a là la peinture, des oiseaux, l’envergure, qui luttent contre le vent
Il y a là les bordures, les distances, ton allure, quand tu marches juste devant
Il y a là les fissures, fermées les serrures, comme envolés les cerfs-volants
Il y a là la littérature, le manque d’élan, l’inertie, le mouvement
Parfois on regarde les choses, telles qu’elles sont, en se demandant pourquoi
Parfois on les regarde, telles qu’elles pourraient être, en se disant pourquoi pas
Il y a là, là, là, si l’on prenait le temps, si l’on prenait le temps
Il y a là la littérature, le manque d’élan, l’inertie, le mouvement
Parfois on regarde les choses, telles qu’elles sont, en se demandant pourquoi
Parfois on les regarde, telles qu’elles pourraient être, en se disant pourquoi pas
Il y a là les mystères, le silence, ou la mer qui luttent contre le temps
Il y a là les bordures, les distances, ton allure, quand tu marches juste devant
Il y a là les murmures, un soupir, l’aventure, comme envolés les cerfs-volants
Il y a là la littérature, le manque d’élan, l’inertie, le mouvement
Parfois on regarde les choses, telles qu’elles sont, en se demandant pourquoi
Parfois on les regarde, telles qu’elles pourraient être, en se disant pourquoi pas
Parfois on regarde les choses, telles qu’elles sont, en se demandant pourquoi
Parfois on les regarde, telles qu’elles pourraient être, en se disant pourquoi pas...

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

LE HAUT VAUT LE BAS DANS LE TEXTE

Écrit par : claude harchin | 06 novembre 2009

@Claude: Bin vaut mieux voler bas que pas voler du tout!
désolée, il est tard et le vin m'a saoulée... si y'avait que le vin d'ailleurs...

Écrit par : Charogne Stoned | 07 novembre 2009

@Claude: Ce matin, mon jeu de mot me parait très moyen...

Écrit par : Charogne Stoned | 07 novembre 2009

t'inquétes. si tu siffles dans les issues de la bioagriculture tu participes au développement cohérent, durable et solidaire.
amen

Écrit par : claude harchin | 07 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.