Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 décembre 2009

Etat Libre D'Orange

etat-libre-dorange.jpg

J't’ai déjà dit que dans ma cambrousse, on était ravitaillés par les corbeaux coté tendances.

Pour t’illustrer la problématique, faudrait que tu voies ma banquière.

En 2006, on lui a dit que les bottes c’était sympa toute l’année. Notamment avec des jupes.

Bin depuis elle en démord plus, été comme hiver elle traîne ses pinceaux dans des vielles guêtres beigeasses… Que c’est même précisément devenu son emblème, la botte 4 saisons !

Un peu comme Francis Lalanne en somme !

Bref, le goût du jour ici, c’est pas notre fort.

Sur ces entrefaites, j’avoue que ch’uis pas non plus au comble de  la pointe.

Etienne de Swardt, for example, j’aurais été bien empêchée  de te dire où il sévissait…

 

J’connaissais vaguement ‘Oh my dog’, le sent-bon pour clébard, mais j’ignorais total que c’était ce grand nez de chez Givenchy qui l’avait imaginé…

Oui, Etienne est un nez.

Un nez illustre de surcroît !

Mais Etienne c’est aussi une tronche.

Il s’est creusé pour décoder ce qui pouvait bien dominer le monde, et comment il allait pouvoir flagorner tout ça.

Et tout d’un coup sa flammèche, elle s’est embrasée.

En moins de rien, il a décidé de mettre du cul dans ses fragrances le Diable et depuis, jamais la luxure n’a eu meilleure senteur !

 

Au 69 rue des Archives, (est-ce vraiment un hasard ?) se niche :

 

 

               ETAT LIBRE D'ORANGE

Dans le Marais, le Haut Marais (Not, the Beau Marais, for the connaisseurs!)

                                  

 

L’échoppe mi-librairie d’art, mi-boudoir…

Ambiance cosy et sulfureuse, lyrico-rococo ; influence nichons-bite-couilles ; incitations égrillardes et libertines, on sent tout de suite que les tabous ont été aplatis… Si tu veux une image, on est loin de « l’Air du Temps, de Nina Ricci ! »

Il a senti Etienne que dominer les odeurs c’était dominer le cœur de l’humanité, comme l’autre, là, Jean-Baptiste Grenouille, ( ou peut-être était-ce Fabergé) ; il est convaincu qu’il peut mettre le ciel à ses pieds, que oui, le monde s’agite mais que c’est lui, qui le mène…

Alors, ils a affublé ses essences de noms tapageurs, comme « Putain de Palace », (inspiré par une scène de bordel) ; « Sécrétions Magnifiques », (4 S comme dans Sang, Sueur, Sperme &Salive) ; « Eloge du Traître », (à offrir rien que pour le nom !)

Je vous en révèle un dernier…

Le fleuron, la quintessence…

J’ai nommé « Charogne » (Croyez-en l’animal, cette étreinte a le goût d’éternité !)

 

charogne.jpg

 

 

Oui c’est subversif, oui c’est dérangeant, mais un gaillard qui ose parfaire ton Sui generis, moi j’appelle ça un genre de Dieu !

 

J’ai une passion sans limite pour les odeurs en général, et pour le parfum, en particulier.

(Clic-Clic)

 

 

 Article injustement non sponsorisé!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Influence | Commentaires (4) |  Facebook | |

Commentaires

"lyrico-rococo ; influence nichons-bite-couilles" : quelle belle description d'atmosphère :o)
Tu l'as acheté, le parfum Charogne, Charogne (toi), j'espère ?

Écrit par : Ausecoursmonfilsmapprendlavie | 04 décembre 2009

C'est vrai qu'il aurait dû être sponsorisé aussi celui-là!
Tu nous donnes envie d'y aller illico rien que pour renifler les fragrances du pêché!

Écrit par : Chrystel | 04 décembre 2009

Et l'expression "elle pue le cul" prend tout son sens...

Écrit par : Constance | 05 décembre 2009

tenter de leurrer la bête avec des testostérones"bite et couille"c'est l'embrouille je crains que ça ne mouille que vos concurrents adeptes des jeudis au zoo et là pic nic douille .....

Écrit par : Claude | 09 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.