Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 janvier 2010

Feng Shui, Partie 2

derby_hermes_prestigium_normale.jpg

 

On parlait de Feng Shui l’autre jour.

T’as compris comment j’avais vachement du mal à me désencombrer des objets ?

Bin non seulement j’ai du mal, mais j’ai cette propension à en quérir chaque fois de nouveaux. (des objets)

Et j’ai des adresses pour ça.

Faudrait que tu m’vois chez Emmaüs, bouche bée que je suis tellement ça me fait rêver le bric-à-brac ! T’emmènerais Carla Bruni chez Lidl, qu’elle serait pas plus dépaysée !

 « Oh une une écumoire ! » que j’argue d’un air conquérant…

« Oh un seau à glace ! » que je beugle, comme si désormais la glace n’allait plus jamais fondre !

(Tu sais, comme dans les films de James Bond, où de gros cubes de glace attendent sur la desserte laquée, que tu rentres du boulot, sans jamais se liquéfier !)

Le brocantage met à ma disposition tellement de trouvailles !

Personne ne peut comprendre ce transport tant qu’il n’a pas chopé un Derby Hermès en cuir verni chez l"Abbé Pierre!

Oui, j’ai bien écrit 1 Derby.

Si j’avais eu un anévrisme, il se serait rompu.

J’ai cherché inutilement la deuxième chaussure.

La godasse était unique.

Donc elle coûtait deux fois rien.

Et moi, un objet de cette beauté qui coûte deux fois rien, si je l’achète pas, je vais y penser toute ma vie !

Alors, j’emporte.

Tant pis si mes pulpeux arpions ne s’enfouissent jamais dans les souliers, ce qui compte c’est pas de crapahuter avec les tatanes mais de les posséder.

 

D’où elle me vient cette propension à tout garder, que je me demandais l’autre jour, alors que pour faire venir le printemps j’avais décidé de comprimer mon placard ?

 

J’ai cherché dans ma tête, j’ai exhumé toutes les résurgences !

J’te raconte pas la cavalcade.

Y’en a plein ma vie des histoires d’antiquailleries, et de ferraille…

Des bouffées d’allégresse, un penchant pour la patine et le vert-de-gris !

Pour ta gouverne, imagine, le jour du bottillon Hermès, ma mère elle s’est offert 1000 boutons de manchettes.

Enfin, 500 paires, j'veux dire, parce qu'elle a du bol, elle !

 

Alors jeter ?

Même pas en rêve !

J’voudrais bien des fois

Mais je ne peux pas, je ne sais pas
Et je reste plantée là…

La vie ne m'apprend riennnnn...

La la la la la la la

La video est hors sujet, elle s'est seulement insérée sur la mauvaise page et je n'arrive plus à l'enlever; si vous cliquez dessus les marketeux me payent...

Alors qu'est ce t'attends?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Bavardages | Commentaires (3) |  Facebook | |

Commentaires

Tu m'as fait rigoler à l'aube et crachouiller mon café sur mon écran.
C'est génétique, donc, ta maladie du gardage.

Écrit par : La vie (où est le) mode d'emploi (?) | 22 janvier 2010

@La vie (où est le) mode d'emploi: Crachouiller ton café? au prix de la capsule tu m'en vois désolée...

http://www.murielgilbert.com/chronique-on-m-appelle-coherence-82.html

;))

Écrit par : Charogne Stoned | 22 janvier 2010

Je t'imagine, clopin-clopant (j'ai fait exprès de mettre un t) comme un échassier estropié! Mdr. Vous faites une belle paire, Gisèle et toi! ça doit donner quand il y a la 3ème larronne. Constance, j'ai nommé...!
Elle va en faire quoi des boutons de manchette ta maman?

Écrit par : Chrystel | 22 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.