Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 janvier 2010

Les vrais poètes sont toujours des prophètes

tahar prophete.jpg

 

 

Je suis sous le choc !

J’ai pris une grosse décharge émotionnelle  les aminches, et vous savez quoi ?

C’est bon.

 

Au demeurant, y’avait longtemps que j’avais pas voltigé de la sorte, et j’avoue qu’elle m’a trop enchanté l’envolée !

 

Encore (et comme d’hab) à la traîne, j’ai eu l’immense bonheur, hier soir, de tomber sur ‘‘Un Prophète’’, la dernière perle de Jacques Audiard et maintenant, je le crois que du sang c’est pas d’l’eau !

 

Ce Jacques là est bien le fils de son père.

 

Y’avait rien qui me prédestinait à voir ce film.

Un casting d’inconnus total, un film de prison (j’avais déjà donné avec Prison Break, mais j’dois avouer que j’étais plus captivée par les biceps de Michael Scofield, que par le script lui-même ! Oui, je sais la chair est faible !), bref, ça me paraissait fort fort noir, tout ça !

 

Parti pris ridicule, puisque tout de suite, je me suis laissée embringuer par l’intrigue, tant la trame est intelligente, bien calée et surtout d’une époustouflante intensité.

 

Alors ?

 

Alors, c’est l’histoire de Malik.

Il déboule en prison, tout jeune, tout fragile que déjà dans les 5 premières minutes du film, tu voudrais  lui tenir la main et le dorloter…

Pendant les six ans que va durer sa détention,  on va le voir  se blinder, s’endurcir, sortir de sa chrysalide et pour finir, glisser en caïd du crime intraitable.

C’est l’histoire de la vie.

De la vie en prison, de ses lois et de ses leçons.

D’entrée, Malik tombe sous la coupe d’un groupe de corses qui fait régner la terreur dans la taule.

Mais il apprend vite le petit.

Au moyen de son intelligence, de son adaptabilité, tour à tour étonné et ébloui du pouvoir qu’il conquiert, il parvient à ronger son frein tout en forçant  les barrages des doctrines carcérales.

Pendant les deux heures et demie, tu retiens ton souffle, enjôlé par le brio de Tahar Rahim (dont je ne suis pas prête d’oublier le nom… Ce mec est un OVNI !) et de Niels Arestrup, carrément colossal. (Ce mec est un OVNI aussi !)

 

A cela, tu rajoutes une pincée de fantastique, où les fantômes viennent édulcorer le climat glacé de la geôle, quelques ralentis propices et vertigineux,  des plan serrés, une cadence poétique saisie dans les regards, les frôlages, les frissonnements.

 

 

Pourquoi c’est un grand film ?

 

Pourquoi ça me chamboule l’ambiance du cachot avec le bruit de ses chaînes et ses coulées de sang ?

 

Peut être que ça me parle les héros chancelants qui s’évertuent à  réécrire leur vie, peut être  que ça me parle les duels entre les pères et les fils, peut être que ça me parle les mauvais garçons…

Va savoir…

 

Ce que je t’en dis, moi, c’est que ce film là n’est pas un film comme les autres…

 

Tu n’imagines même pas, ce que tu as devant toi…

 

Alors t’attends quoi, espèce de connard veinard ?

 

Grand prix du jury en 2009 au Festival de Cannes

Prix Louis-Delluc en 2009

Prix Lumière du meilleur réalisateur en 2010

13 nominations aux César

Le film a été retenu parmi les neuf finalistes à l'Oscar 2010 du meilleur film en langue étrangère.

 

 

 

 

 

 

 

 

26 janvier 2010

Que fait le participe passé entre deux que ?

sms-sarkozy.jpg

Salut l’internet,

Je suis en plein désarroi.

J’ai reçu tout à l’heure un sms du rejeton d’une de mes amies et depuis, je suis toute engourdie,  terrassée par une espèce de  chamboulement morbide, que je me demande si le monde il se barrerait pas un peu en couilles…

 

Waouh ! L’autre !

 

D’autant qu’il m’en faut autrement pour m’effrayer.

 

Mais là, le sms il est seulement énorrrrrrme, que même si t’es de nature hypra open, tu ne peux esquiver la vaste problématique qu’il soulève…

 

 

Peut être que je suis vachement conventionnelle comme fille, je me suis dit dans mon for.

 

Je te colle le texto en question, pour que tu puisses apprécier par toi-même, la portée du carnage !

 

«G la N Savapa 2 dir a ma mR ke tu ma vu en vil !

Moa j’tien a t signalé ke m1tNan on sé dispuT é Lckc C cho

T pa 5pa »

 

 

 

Vlà quand même quoi !

Ok le français est une langue vivante et dès lors, si vivre sous-entend, se démancher, nous sommes posés.

 

Le message, j’ai du le relire dans les 20 fois, à voix haute avant de translater.

Une fois que j’eus percé tous les arcanes du tapuscrit (soit, 5 Marlboro Later !), j’ai culbuté dans le détraquement le plus total…

 

C’est quoi ce bordel avec l’orthographe, dis –moi.

Tout le monde parle de la simplifier mais comment refondre la grammaire sans corrompre la traduction intacte, sans altérer la façon de penser la langue ?

 

Comment ? Oui, comment, je te le demande car à l’heure qu’il est je n’ai encore point de réponse, je suis un peu charette rapport que j’ai promis à mon vieux chéri de lui accommoder quelques restes… (pour le dîner j’entends, vieux salace…)

 

Accorder des participes, conjuguer un verbe convenablement c’est du basique.

Il est indiscutable que les verbes s’accordent avec leur sujet, que les pronoms ont un genre, que les adjectifs ont des pluriels. (ou non)

Mais ou et donc or ni car.

On ne peut appréhender l’abstraction du monde sans ce contrôle.

C’est par l’orthographe que la pensée se désembrouille, d’où précisément la bouillabaisse dans ma réflexion lorsque j’ai reçu la bafouille du petit bâtard illettré.

 

Ca rime à quoi ce bousillage volontaire de l’orthographe ?

En 10 ans le niveau en français s’est effondré, si bien que les correcteurs du bac ont la consigne de ne pas sucrer plus de 2 points pour l’orthographe. (et peut être qu'au CAPES aussi!)

Y paraîtrait que les jeunes ne connaîtraient plus que 2000 mots.

C’est quand même 10 fois plus qu’un Chihuahua !

 

 

Je sais, c'est moche.

Mais le plus malheureux dans tout ça, c'est que les disciples de ce nouveau jargon n'expérimenteront jamais l'amour.

Oui, j'ai bien dit l'Amour.

Tout à fait Thierry.

Parce vois-tu, il n'y a pas d'amour sans lettre d'Amour...

 

Je file... Mon rata est tout froid, c'est malin.

 

 

j'reviendkej'pe...

 

 

sms.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21 janvier 2010

Feng Shui, Partie 2

derby_hermes_prestigium_normale.jpg

 

On parlait de Feng Shui l’autre jour.

T’as compris comment j’avais vachement du mal à me désencombrer des objets ?

Bin non seulement j’ai du mal, mais j’ai cette propension à en quérir chaque fois de nouveaux. (des objets)

Et j’ai des adresses pour ça.

Faudrait que tu m’vois chez Emmaüs, bouche bée que je suis tellement ça me fait rêver le bric-à-brac ! T’emmènerais Carla Bruni chez Lidl, qu’elle serait pas plus dépaysée !

 « Oh une une écumoire ! » que j’argue d’un air conquérant…

« Oh un seau à glace ! » que je beugle, comme si désormais la glace n’allait plus jamais fondre !

(Tu sais, comme dans les films de James Bond, où de gros cubes de glace attendent sur la desserte laquée, que tu rentres du boulot, sans jamais se liquéfier !)

Le brocantage met à ma disposition tellement de trouvailles !

Personne ne peut comprendre ce transport tant qu’il n’a pas chopé un Derby Hermès en cuir verni chez l"Abbé Pierre!

Oui, j’ai bien écrit 1 Derby.

Si j’avais eu un anévrisme, il se serait rompu.

J’ai cherché inutilement la deuxième chaussure.

La godasse était unique.

Donc elle coûtait deux fois rien.

Et moi, un objet de cette beauté qui coûte deux fois rien, si je l’achète pas, je vais y penser toute ma vie !

Alors, j’emporte.

Tant pis si mes pulpeux arpions ne s’enfouissent jamais dans les souliers, ce qui compte c’est pas de crapahuter avec les tatanes mais de les posséder.

 

D’où elle me vient cette propension à tout garder, que je me demandais l’autre jour, alors que pour faire venir le printemps j’avais décidé de comprimer mon placard ?

 

J’ai cherché dans ma tête, j’ai exhumé toutes les résurgences !

J’te raconte pas la cavalcade.

Y’en a plein ma vie des histoires d’antiquailleries, et de ferraille…

Des bouffées d’allégresse, un penchant pour la patine et le vert-de-gris !

Pour ta gouverne, imagine, le jour du bottillon Hermès, ma mère elle s’est offert 1000 boutons de manchettes.

Enfin, 500 paires, j'veux dire, parce qu'elle a du bol, elle !

 

Alors jeter ?

Même pas en rêve !

J’voudrais bien des fois

Mais je ne peux pas, je ne sais pas
Et je reste plantée là…

La vie ne m'apprend riennnnn...

La la la la la la la

La video est hors sujet, elle s'est seulement insérée sur la mauvaise page et je n'arrive plus à l'enlever; si vous cliquez dessus les marketeux me payent...

Alors qu'est ce t'attends?

 

 

Publié dans Bavardages | Commentaires (3) |  Facebook | |

18 janvier 2010

Carnet Rose

bonpoint-644x380-1.jpg

T’es au courant que y’a un nouveau petit chez les Sarko ?

Solal, qu’ils l’ont appelé le moutard…

La jeune maman, y’a un truc auquel elle tenait par-dessus tout c’était le choix du prénom.

Faut pas demander si elle en avait rien eu à foutre comment il se serait prénommé  le gnard!

Déjà, y’était pas question de lui coller un blason goy.

Je sais pas toi, mais j'en ai pas rencontré des masses des Solal, dans ma vie.

J'vais pas te faire le coup, "J'ai connu un Solal, chez Albert Cohen dans ''Belle du Seigneur''..."

Je l'ai pas lu Belle du Seigneur.

Maintenant que la mode est lancée, on va nous l'resservir à toutes les sauces le sobriquet!

Y'a un deuxième truc, que j'ai pas rencontré non plus des masses dans ma life...

C'est des gens aux doubles initiales.

C’est pas d'hier que c'est vachement tendance la double initiale.

Regarde chez Mickey:  DD (Donald Duck), MM(Mickey Mouse), RR (Roger Rabbit)...

Ouais, sauf que sur ce ce coup là, il a pas trop de bol le petit Soso, c'est qu'il  va paraître un peu fielleux, son monograme sur l'oreiller...

J'comprends pas pourquoi elle a pas capté la boulette, Jessica.

Lorsque t'es enceinte, le truc du monde auquel tu penses non-stop, tellement ça te chavire, c'est au prénom de ton bébé.

Le prononcer, l'écrire; l'épeler, le lire...

Infatigablement.

Je me souviens avoir acheté un tableau Véléda rien que pour écrire ce nom, ses initiales, échafauder une signature.

Inlassablement.

Parce que c'est mystique le nom de son enfant.

 

 

Alors, à moins que les jeunes parents aient déjà  gambergé un destin papal…

Et,  S.S.S.S . (Sa Sainteté Solal Sarkozy) faut quand même reconnaître que ça a de la gueule…

Oui, à moins de profiler ce destin, j'comprends pas bien tout...

 

Mazal Tov

 

Si tu fais les soldes vas plutôt chez DPAM, ils n'ont plus rien chez Bonpoint...

 

 

 

Publié dans Bavardages | Commentaires (7) |  Facebook | |