Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 juin 2010

Pas LOL...

lolll.jpg

Si j’ai beaucoup de mal avec les gens qui rient de leur blague, en revanche je craque carrément pour l’humour pince-sans-rire et l’ironie.

J’aime ce qui s’appuie sur la connivence.

J’aime le décalage, le recul, la dérision.

Ceci expliquant sans doute cela, j’arrive à saturation complète du Lolage.

Les SMS, les statuts Facebook, les commentaires, les tweets, jalonnés de LOL à toutes les sauces, je trouve ça bougrement fatiguant.

Oui les gens, le LOL c’est le mal.

Même chez les d’jeunes, ça a du mal à passer, y’a tout de suite une connotation « J’ai l’air branché comme ça, mais en vrai j’m’appelle Kévin ! »

Pour les vieux potes de 50 balais qui lolent à toute heure, ça devient carrément grave.

Vise un peu en vrac :

 

« Nuit magique ! J’ai adoré… Tu me manques, LOL… »

 

« J’adoooore ton blog. LOL »

 

« T’aurais pas un peu grossi ? LOL »

 

« C’est fini ! LOL »

 

« Tu bois trop ! LOL »

 

Nan, le LOL n’es pas lolant et faut prendre sur soi les gens !

 

Si t’as envie de me balancer une vacherie, balance donc, parce que ce côté, ch’uis sarcastique, mais j’assume moyen, c’est lourd.

Si t’as envie de lâcher une bonne blague, lâche donc.

Si t’as rien à dire, ferme la donc…

« LUL »

22 juin 2010

Itinéraire d'enfants pourris gâtés...

Les Bleus partent en live et ça me consterne à mort…

Ces derniers temps, « Tout devient possible », au Royaume de France.

Comme, le fredonnait jadis, le « chanteur énervant »,  « Etre né sous l’signe de l’hexagone, on peut pas dire qu’ça soit bandant » !

C’est comme ça maintenant.

Les Premières Dames cornardes et bafouées ne se donnent plus la peine d’aller voter.

On remet la Légion d’honneur à des grands dadais m’as-tu-vu en se payant la tête de leur prololétaire daron.

On argue du « Casse-toi pauv’con » à la moindre dissidence.

On allonge du « Va te faire enculer sale fils de pute », presque ingénument.

Peu s’en faut.

On insulte, on injurie, on bafoue, on conspue, on flagelle.

Ce qu’ils font là, c’est comme piétiner un drapeau et sans être une cocardière exaltée, je me dis qu’en voilà des façons !

Il serait temps que la FIFA accroisse le niveau de recrutement des joueurs.

(Et puis tant qu’on y est, demandons au ministère de l’Intérieur d’alambiquer, un chouia, ses concours de recrutement.)

 

La honte a-t-elle eu raison des bleus ?

Je leur souhaite.

Un peu de vergogne suffirait à les absoudre.

« La honte n’est pas de perdre, d’être inférieur à l’ennemi.

 Mais d’être inférieur à soi-même : Voilà qui gâte à la fois le sort du vaincu et le mérite du vainqueur ». (Edmund Spencer.)

 

 

16 juin 2010

Casse-toi...



Ca te dirait de partir en  weekend, là tout de suite sur-le-champ, sans débourser une thune ?

Rien que de te la couler douce aux frais de la princesse ?

Filer à l’anglaise avec ton fiancé, ton frère, ton amant, ton gigolo ou ton cher et pou ?

Te carapater avec ta bourgeoise, ta sœur ou ta patronne ?

Visiter Madrid, Londres, ou pourquoi pas Rome en dormant à l'hotel et en prenant ton p'tit déj au plumard...

Si t’es pas paranormalement constitué, tu devrais répondre que t'es super Open pour l’invite…

Alors si t’habites Lyon, Bordeaux, Toulouse, ou Nice,  ( ou si t'es dans les parages aux bonnes dates) t’as déjà un pied dans le coucou et je te dévoile tout de go comment caser le deuxième pour un decollage immédiat.

 easyJet te donne rendez-vous ( à des dates précises et dans un périmètre bien défini!)  genre, dès 15 heures pour un décollage vers 16heures.

Comme t’auras mathématiquement pas le temps de repasser chez toi préparer tes malles, tu te pointes au rencard avec ton balluchon.

Là sur place, y’aura des agents secrets Easyjet qui se seront glissés incognito dans la foule et qui proposeront à quelques veinards, triés sur le volet de partir directos en week-inge…

Pour avoir la chance d’être repéré, faut que tu revêtes tes plus beaux atours de touriste.

Par exemple, tu peux chausser tes palmes, entonner ton tuba,  jouer avec ton frisbee, faire virevolter ton cerf-volant, te tapir sous ton ombrelle,oindre ton corps de graisse à traire bien visqueuse, ou chanter à tue-tête ''j'veux du soleil'' en ballottant les maracas!

A toi de te creuser un peu pour être innovant, créatif, subtil.

J’te déconseille quand même de rabouler à poil, rapport que là, pour le coup c’est au violon que tu risques de villégiaturer !

Pour être parmi les premiers informés du rendez-vous exact de l’opé, fonce rejoindre l'évènement sur Facebook. Les horaires des autres villes seront affichés sur la fanpage et le site décollage immédiat.

Si tu veux tous les détails sur le réglement toussa, tu visites le site easyjet, c'est ici.

Tu verras, tu seras pas déçu du voyage.

Si tu gagnes t'es gentil, tu m'envoies une carte...

Article sponsorisé

Publié dans Influence | Commentaires (0) |  Facebook | |

12 juin 2010

C'est quand même bon une coupe!

C’est parti les gros…

A dire vrai j’y connais trop pas grand-chose au foot.

Comme toutes les bonnes femmes, en 98, j’étais dans la joie, un peu comme si j’étais passée d’vant la maison du Seigneur !

Le soir de la consécration, j’ai carrément chaviré dans l’allégresse !

J’me suis égosillée avec des inconnus sur I Will Survive, en descendant des Budweiser…

La grande féminitude, quoi !

Y’a déjà 12 ans, bordel !

Putain de temps !

Je lis ça et là, plus spécialement sur les blogs de filles, une grande répugnance pour le Mondial 2010.

Les arguments majeurs sont assez élémentaires et ils reviennent en boucle : Les salaires des joueurs, la connerie de Domenech, la sauvagerie, le machisme…

Je comprends que l’on puisse honnir le foot ou du moins y être complètement indifférent.

En revanche, que cette année la coupe ait lieu en Afrique et qui plus est en Afrique du Sud, ne devrait laisser personne de glace.

Pour les africains en général, les sud-africains, en particulier, les sortilèges de cette aventure sont une véritable action de grâce !

Enfin, l’heure de la reconnaissance a sonné.

La reconnaissance universelle.

Enfin le football africain est consacré et avec lui ses champions.

Ceux-là mêmes que l’Europe s’est octroyée pour les faire briller sous les feux de la rampe et que Nous nous sommes attribués…

 

Ce mondial, c’est aussi un suprême hommage à Nelson Mandela.

La magie du mois à venir est indiscutable : Des supporters par milliers, vêtus des or et vert des Bafana Bafana, les Noirs et les Blancs unis dans une même ferveur, tordant le cou à l’apartheid.

(S’ils pouvaient quand même baisser d’un ton le son de leur vuvuzelas, ça serait pas de refus, c’est pas trop le moment que je me crève les tympans, cause que ch’uis pas à jour avec le RSI !)

 

Alors là, oui, pour le coup, je me contrefous des magouilles de la FIFA, je m’en contrecarre que Ribéry se tape des putes, je m’en contrefiche du QI de Raymond, du prix des piaules d'hotel, je ne veux voir dans cette compétition que les raisons qu’il y a d’espérer.

 

Parce que ce mondial est ce temps unique où les nations hostiles semblent se vouer à un apaisement réciproque, parce qu’il unit les foules, les riches, les pauvres outre les religions, outre les cultures.

 

Pour que ce mondial donne raison aux gamins qui s’éclatent  en shootant les boites de conserve dans la poussière d’un terrain vague.

Allez les Bleus…