Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 octobre 2010

Peux-tu aimer un homme qui t'offre un survêtement?

survet.jpg

 

Sans être bassement vénale, j’imagine qu’un homme qui te couvre de cadeaux ça doit tout d’même être rudement bonard.

Pas d’un amant fantasmagorique je parle, façon Diane Tell, qui juste à coté de Milan dans une ville qu’on appelle Bergame, te f’rait construire une villa, et patati et patata…

Tu vois quoi?

J'ai beau activer tous mes réseaux, y’a pas un homme qui m’achèterait ces choses là, même dans mes plus argentées accointances!

Va savoir pourquoi, les histoires d’amour démodées n’arrivent qu’au cinéma.

Ca n'est pas tant les largesses de l'homme qui me charment, mais sa propension à dégoter le bon cadeau.

Yes, The Cadal.

Celui qui l’a obligé à se creuser un brin le citron, celui dans lequel on peut déceler toute sa prévenance, sa délicatesse, son discernement, sa dévotion…

Alors qu’on s’esquinte souventes fois, à lui envoyer signaux et indices à l’aube de diverses célébrations, pourquoi, nom d’un chien, l’homme entend-il que tchi à nos rêves?

Primo, l’homme est malléable.

Ca veut dire que même si tu lui fais inhaler ton parfum en lui rabâchant que ce jus si précieux ne se trouve qu'à 100 bornes de ta cambrousse, que pour le quérir il va falloir anticiper, l'homme s'en branle.

Par conséquent, l'homme déboule chez Nocibé, 15 minutes avant l'offrande et s'en remet intégralement à la sentence de la demoiselle de rayon!

C'est comme ça qu'on s'retrouve avec un ramassis de burettes estampées Angel de Mugler et qu'on se met à prendre, grave en grippe les étoiles.

Cerise sur la galette, comme l'homme s'est montré d'une largesse inouïe, la vendeuse a poussé la délicatesse jusqu'à le gaver d'échantillons affectueux...

D'où un second ramassis de miniatures au fond du paquet: tels le soin remodelant multi-intensif, le celluli-laser, l'huile anti-eau, le sérum anti-âge, la vergetryl-cream...

Bref, le genre de soins ciblés qui te prouvent qu'ils ont dû quelque peu cailleter sur ta personne!

Deuxio, l'homme n'est pas perspicace.

Tu lui rabâches en boucle que t’es dépouillée, essorée comme une vieille wassingue, que tu braderais bien un rein pour une semaine de vacances et le voilà qui raboule avec deux billets d’avion.

Toute tremblante, en cherchant tes lunettes, tu te visualises aussitôt emmitonnée dans un moelleux peignoir, debout sur la terrasse face à l’océan…

Very fugace la rêvasserie!

Sans conteste, c’est bien d’un voyage dont il s’agit.

Les îles d’Aran et du Connemara.

A pieds.

Des nu-ages noirs qui viennent du nord colorent la terre, les lacs, les rivières, c’est le décor du Connemara….

Sans commentaires.

 

Troisio, l’homme est un mufle.

 

Offrir un cadeau, c’est comme envoyer un message.

Cela revient à dire: je t’offre ce cadeau qui te ressemble, pour te prouver que j’ai compris qui tu es…

Alors on en fait quoi des survêts, des cuissardes en vinyle, des parfums de pouffes, des bouquets pas composés qui donnent envie de braire, du legging taille unique...

T’oserais lui acheter Brut de Fabergé, sans déconner, t’oserais?

Et vous c’est quoi le pire cadal que vous ayez reçu de toute votre vie?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Sans déc, il t'a offert un jogging ?
Moi ? Ce que j'ai eu de pire ? Mmmhh, ché pas, dis donc, j'ai oublié. Mais c'est vrai que 1/ les mecs, ils captent JAMAIS les signaux cadeaux, et 2/ jamais on m'a offert un voyage, j'aurais adoré ça, ou même une nuit d'hôtel à côté de la maison... J'aurais peut-être dû demander clairement, mais je suis femme et quand on est femme on ne dit pas ces choses-là, s'pas ?

Écrit par : La vie (où est le) mode d'emploi (?) | 15 octobre 2010

Nan, le jogging c'est une copine qui y a eu droit! Elle a du mal à digérer l'offrande, d'où cette idée de billet pour la venger!!!
Chez moi le plantage cadeau n'existe pas... Mon homme a décidé que rien n'était assez beau pour moi... Genre!

Écrit par : Charogne Stoned | 18 octobre 2010

Soyons lucides les filles !
Les hommes s'apprivoisent sur le long terme...
Dans l'urgence, j'ai cependant un guide à leur conseiller pour les cadeaux en parfumerie (je déteste Angel aussi !!! pouha !) :
http://www.chicandgeek.com/bien-etre/idee-n22-maquillage/
je trouve dommage que ce truc ne circule pas dans toutes les boites emails de nos amis poilus ;)
Ensuite, refroidie par maints cadeaux nazes et geeks, tous en provenance de la fnac (l'homme n'a pas 36 adresses), j'ai définitivement abandonné toute idée de surprise pour adopter une attitude directe et claire : l'homme n'est pas subtil.
Donc, au fur et à mesure de mes repérages, je fais noter par la vendeuse sur un carton avec les coordonnées de la boutique, les références et tailles de ce qui me plaît. Cartons que je donne ensuite à mon amoureux.
Bref d'aucunes diront que je me fais mes cadeaux moi-même. ce n'est pas tout à fait faux mais tellement mieux !
Car l'homme, le mien, est d'une générosité absolue. Il déteste simplement faire les boutiques. Alors entrer quelque part et ressortir avec le paquet en moins de 5 minutes, c'est son rêve. Je le réalise pour lui et lui m'offre des cadeaux merveilleux.
Faut pas chercher à comprendre, juste s'adapter.
ça marche pour moi. Tente !
Bisous
Anne

Écrit par : Anne | 16 octobre 2010

On n'est jamais si bien servi que par soi même! C'est tellement vrai!;.)))

Écrit par : Charogne Stoned | 18 octobre 2010

Ma problématique est plutôt celle de l'homme anti-matérialiste, anti-consumériste, coincé dans un appart parisien dont la surface loi carrez ne fait pas celle d'un bon dressing digne de ce nom...
Mais bon, au bout de 5 ans, et à force d'allusions et de messages encore moins subliminaux qu'une pub pour la MAAF, j'ai enfin réussi à éduquer mon rebelle.
La semaine dernière, j'ai eu un joli paquet Princesse Tam Tam, dont le contenu ne prend vraiment pas beaucoup de place.
Et finalement ce compromis me va comme un gant!

Écrit par : Bianca | 03 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.