Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 avril 2009

Oeil pour Oeil, Dent pour Dent

vengeance.jpg
Salut les Gueusards,

« Les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnaît. »

 Il ne pensait pas si bien dire, Feu Michel Audiard, et je viens d'en faire les frais...

Ca fait une semaine que je ne décolère pas.

Mon sang il bout tellement dans mes veines, que j'parie que ça fait de l'écume...

Mon palpitant, il tambourine si fort qu'on dirait que c'est le TGV qui entre en Gare du Nord.

Bref, une vraie furie je suis !

J'ai appelé ma mère, j'y ai expliqué...

Elle m'a dit que je devais acheter de l'aubépine, ma mère.

Elle a pas tout saisi, je crois.

J'en suis à me demander si je vais pas racoler un tueur à gage et elle, ma mère, elle me parle des bonnes grâces de la phytothérapie.

Tu l'auras compris, je bous...

J'te retrace vite fait l'affaire.

Tu prends un vieux pote qui est dans la merde. Pas dans une bouse gringalette, non dans la mouscaille jusqu'au cou.

Tu lui offres l'hospitalité, tu le nourris, tu le blanchis, tu lui prêtes des thunes.

Tu planques tous les médocs, toutes les cordes, tous les canifs de la masure parce qu'il est grave suicidaire l'oiseau, et que tu ne dors que d'un œil.

Le soir, comme il est insomniaque tu lui chantes des berceuses jusqu'à pas d'heure.

Peu à peu, tu le remets debout.

Une fois remplumé, l'oiseau repart chasser.

C'est dans la poissarderie qu'il décidera de shopper.

Je te dresserai le portrait de la cradoque un autre jour, je te rappelle que j'ai mon sang qui bout et que j'suis un peu charrette rapport que j'dois attaquer ma feuille d'impôts.

 

Une fois d'aplomb, te disais-je, le vautour s'est arraché.

Et là, pour te rendre grâce, il te fait le coup de pute le plus vil, le plus à l'envers que tu puisses imaginer.

 Pire que la bassesse, pire que l'entourloupe.

Le vieux coup bas qui sonne l'heure du talion.

Adonc les gueusards, si vous avez des  techniques de châtiments, je suis preneuse.

On m'épargne les tuyaux du genre que le plus grand mépris c'est le silence, je serais plutôt dans l'état d'esprit :

                   Du Sang, De la Chique et du Mollard.

A bientôt mes gueux !

 

24 novembre 2008

Nimportenawaque



J’suis Verte !
Faut arrêter, moi les écolos ils commencent à me courir grave.
J’veux bien prendre un cabas pour faire mes courses, manger des fruits de saisons, récupérer l’eau de pluie, boire au robinet, prendre davantage le train, j’peux même aller jusqu’à me passer de Kleenex mais ma conscience éco-citoyenne a des limites.
Je boycotte l’or, les pierres précieuses, les fourrures, les bois précieux pour l’unique raison que je suis du genre un peu à mal en point financièrement. Néanmoins, si demain je gagne au loto je pars niquer le bénèf Place Vendôme et je te donne ma parole que je ne vais pas cracher sur les joyaux sous prétexte de chagriner Noël Mamère.
Pendant qu’ils y sont, ils ont qu’à aussi euthanasier les
milliardaires.
Leur dernière trouvaille, elle me met carrément les nerfs.
3 Députés Verts repartent en croisade et viennent de déposer une proposition de loi visant à interdire les parasols chauffants et autres braseros aux terrasses des bistrots. ’Un gaspillage d’énergie inadmissible ’ selon leurs dires.
Ça s’appelle pas partir en sucette ça ?
Rien que pour l’année 2008, 610 établissements ont déjà mis la clé sous la porte et il y a vraiment de quoi faire bader les mastroquets…
Qu’est-ce qu’on va aller faire au cabaret si on ne peut plus picoler, cloper, et commérer AU CHAUD en terrasse?
L'une des 3 députés en question , Martine Billard, qui ,vu sa tronche ne doit pas souvent folâtrer, (ni dans les bars, ni ailleurs!) a poussé l’ironie jusqu’à rétorquer très sérieusement à la profession: « En Russie, les cafés et restaurants fournissent des couvertures aux personnes qui veulent consommer dehors!»
Au Sana aussi!