Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 juin 2009

Fanfaronnades

feuill.jpg

 Hola les gens,

 

Lundi,

c'était le Jumping International au patelin.

International certes,

en revanche ça reste quand même super local

vu que tous les contadins étaient de sortie

et que tu passais pas 2 minutes

sans serrer une main

ou donner une accolade !

 

Lundi, c'était aussi la Pentecôte,

donc, en bons chrétiens que nous sommes,

nous fêtâmes l'Esprit Saint

à grands coups de rasades de Champagne,

( Et, Oui, Encore!!!)

jusqu'à ce que

les «Langues de Feu »

 nous apparurent !

 

Il faisait très chaud,

le soleil jouait dans les feuillages,

soleil ds feuii.jpg

ça sentait bon le crottin

et nous étions en chaleur !

 

Nous nous livrâmes très vite

 à notre dada favori

(quoi de plus banal, en somme, au Jumping !)

à savoir,

la contemplation du

contadin.

( le contadin est l'habitant de mon patelin,

Tu peux cliquer sur le mot si tu veux en savoir plus sur lui...)

 

Force fut,

prestement de constater :

Le contadin pue le chiqué.

 Et du chiqué à la vulgarité il n'y a point de pas.

C'est vrai que c'est délicat à définir le vulgaire.

Le fil est si ténu

entre la vulgarité

et  la grossièreté

que la confusion est coutumière...

 

Lorsque que tu me demandes,

en public,

où sont les clés de la bagnole

et que je te réponds :

- Dans ton cul -

Je suis grossière.

Si je te réponds :

- Dans le Cayenne -

Je suis vulgaire.

       ( Et en plus je suis con puisque j'ai laissé les clés du tacot dans le tacot !)

 Je prône la grossièreté

 parce qu'elle exige un certain recul,

qu'elle force à se décaler

de la réalité

et

surtout

parce qu'elle se maîtrise.

A contrario,

être vulgaire

c'est une posture,

et je trouve obscène de devoir

« Taper des poses »

pour exister.

 

T'es grossier quand ton mot tombe

« In the time in the right place »,

et cela peut même te donner

 la force et la grâce.

Pour être vulgaire,

t'as même pas besoin de parler...

Jean Yanne explique formidablement bien la nuance dans cette précieuse anthologie du cinéma...

28 mai 2009

Désinvolture

mlf ouioui.jpg

Hello les copains,

 En m'réveillant

 j'me suis dit

que j'allais m'la jouer

 J.K Rowling aujourd'hui,

 du coup j'ai claqué la porte,

histoire  ne pas avoir à reluquer

le bordel dans la chaumière.

Dès potron-minet,

 à l'heure où blanchit la campagne,

j'ai débarqué sur la Place Rouge.

Qui était vide.

Devant moi ne marchait pas Nathalie.

Quel bonheur

que ce petit de rayon de soleil

sur mes deux joues

toutes roses et toutes fraîches,

me suis-je dit, sans-façon !

Je me suis attablée à une terrasse,

 j'ai pris un café.

A l'heure qu'il est,

j'y suis toujours

 mais les minutes s'égrenant,

 je songe puissamment à me commander une coupe.

Tout en me laissant aller au bonheur démesuré

de faire ce qu'il me plaît,

j'en suis arrivée à la constatation suivante :

Je ne suis pas féministe.

Ne t'offusque pas mon copain,

 attends plutôt

 de considérer

 les innombrables avantages

 à demeurer le sous-verge d'un homme.

Parce qu'il y en a,

 crois moi des bénéfices

à ne point hurler avec les chiennes de garde,

et à faire taire une fois pour toutes les meutes hurlantes.

Je ne réclame pas l'égalité.

Non, je vais beaucoup plus loin.

Je prône carrément l'infériorité.

Et partant du principe que les extrêmes s'attirent,

j'en arrive cette conclusion

formelle et irréfutable :

La Femme est un être Supérieur.

 Pour moi c'est du bla-bla, le discours féministe.

Je m'en tape

qu'on parle de l'Homme lorsque l'on parle de l'Humanité,

je m'en tape que les apôtres étaient des mecs,

ça me fait rire qu'on veuille m'échanger contre des dromadaires,

j'aime bien qu'un homme paye le resto,

 qu'il me porte mes valises... 

Ca m'intéresse pas de changer un pneu

mais

ça me rassure qu'en cas de naufrage

ça soit

                   -Les femmes et les enfants d'abord-                              

 Prenons un exemple très simple

démontrant la vassalité de l'homme.

Un truc tout con.

Un homme se fait des pâtes.

Il reste sagement debout,

figé

devant l'eau qui chauffe,

puis,

figé

devant  l'eau qui bout,

puis,

 figé

devant la coquillette qui cuit.

( Et j'te parle pas d'l'état de l'évier après la bataille !)

Une femme se fait des pâtes.

Pendant que l'eau bout,

elle vide le lave-linge,

elle remplit le sèche linge,

elle sort les poubelles,

elle fait réciter

'Le Dormeur du Val'

au p'tit dernier,

 le houspille parce qu'il ânonne,

se sert un verre de rouge.

Pendant que  la coquillette cuit,

la femme déplie une nappe en lin,

déniche quelques bougies,

chapelle le parmesan...

Si tout ça, c'est pas le Super Pouvoir,

Alors,

dis-moi

C'est quoi le Pouvoir ?

 

Mais tu vois Copain,

bizarrement cette puissance

 me rassure,

 me libère

et

me flatte.

 

L'émancipation,

faut pas l'implorer,

 faut l'exiger.

J'en suis à mon 3 ème mari.

Un homme qui astique

qui repasse

ça ne me parle pas!

J'attends d'un homme

qu'il me laisse libre...

Je suis ici attablée en terrasse,

je suis une femme des années 80

donc une femme jusqu'au bout des seins,

 n'empêche qu'un homme

 qui ne reconnaît pas le génie en toi,

n'est tout simplement pas digne de toi.

Le poète a toujours raison,

 'la femme est l'avenir de l'homme'.

Point Barre.

mlf.jpg

 

 

 

 

 

 

 

06 mai 2009

Nouvelle Tare

nouvelle_star_prime_5_mai_2009.jpg

 

Bon, l'heure est grave mes poux !

Elle a loché quoi la bande des 4 pendant les castings ?

Tu vas pas m'faire croire que sur les pelletés de voix qu'ils ont auditionnées, c'est Ca, le Dessus du Panier !

J'suis loin d'être une musicos, mais une chanson ça doit me donner envie...

Envie de pleurer, de chanter, d'aimer, de sortir, de danser, de partir...

Ce soir, rien !

Gnognotte, piquette et peau d'zébi...

Bon d'accord, j'étais pas installée comme il fallait.

Primo, j'ai passé ma soirée à allumer mes clopes au grille pain rapport qu'il y'avait  plus d'feu dans la masure.

Deuxio, cette année, j'suis pas dedans.

Déjà, Virginie Guilhaume, quelle pitié.

Jacqueline, en petite robe satinée, elle frôlera l'apoplexie lorsque Julien Doré dansera la chaloupe orageuse sous son nez.

Sinclair est absent. Quoi qu'est-ce ?

La grippe, mon cochon ? On s'en fout, en fait...

Lio ? Je l'ai déjà dit que son coquelicot y commence à faisander.

Mais là, la fermentation a attaqué toute l'encolure... Elle est en feu la pauvre, ou bien elle a une montée de lait !

Allez on y va.

1er prétendant, Damien. L'épagneul !

Dédé l'a prié d'ouvrir son plexus solaire, du coup on sent l'inquiétude dans le gras du bras. La main gauche se ballade devant l'estomac.

On sent qu'il est concentré sur le chakra du nombril...

3 bleus (bin oui, Sinclair n'est pas là !)

Manoeuvre a la révélation...

 

S'ensuit, Leila...

Ce soir, elle nous fait grâce de son pas d' danse qui fait craquer Dédé.

Parce que moi, j'la trouve un brin chevaline la choré...

1 rouge de Manœuvre !

 

3ème, Larry. Le repêché du 1er Prime et le préf de ma môman...

Lio lui envoie qu'il a fait de la chanson, un pétard mouillé !

Sympa...

 

4ème, Thomas, la shampooingneuse.

Larusso, revisitée...

Lio fait une tronche, on dirait qu'elle va gerber, mais c'est que ça lui brûle en fait !!!

2 bleus, un rouge de Dédé...

 

5ème, Dalé, le 1er d'la classe.

Je suis venu te dire que je m'en vais, le moins qu'on puisse dire c'est que ça  sent pas la souvenance amoureuse.

Moi je dis red, red, red, sors Dalé, vas faire caca chez Paul, tu pues du cul.

Tiens du rouge, prends en y'en a... 3 !

 

6ème Soan avec Alabama Song, chapeau Haut d'forme, Juju aux cymbales...

 Full hot !  Ca y est j'suis au cabaret, Ouuuuuuuui, tapez 6....

Le Miracle de l'émission qu'il dit Dédé !

Résultat ? 3 bleus...

Pas con, le gueux, il remercie la Prod.

7ème, Camélia Jordana.

D'après Princesse Vanda, le point faible de Camélia, C'est ses 16 ans ! Genre !

Moi je dis qu'elle a inventé les springs après les sauterelles, parce que franchement depuis 'Y a quelqu'un qui m'a dit',  elle est dans les champs la fille, elle chante comme une chabrette.

Lio est en larme (Ca brule, ca brule !)

Dédé l'eut préféré dans une chanson de Barbara, il aurait voulu 'être l'aigle fondant sous la buse.'

Tain, Dédé, elle a 16 ans, merde...

Fifi lui demande comment elle a pu chanter une horreur pareille.

-Mais, j'assume !

Nan, Camélia  Faut dégonfler maintenant !

 

Et pour finir, pourliche de la soirée, un duo de Lio et de Julien Doré.

Elle savait plus qu'elle était encore chanteuse la Vanda!

C'est assise qu'elle aurait du chevroter, parce là, debout, la robe, c'est juste pas possible...

Juju nous dit qu'ils ont presque pas répété cause qu'il voulait saisir le duo de manière un peu plus fraîche...

Mais ça sent le pourri de vieille fillette... Loupage !

 Maître Nadjar raboule avec la sentence fatale.

C'est larry qui sort...

Merde, môman...

29 avril 2009

Les Clubbers de l'Acropole

Je vis dans un trou.

Bin oui,

n’en chagrine la parigote trendy,

de la très profonde blogosphère,

des millions d’humains

créchent en province.

Bref, le but ici n’étant nullement de considérer le parisien

comme l’instrument d’une croisade

mais plutôt de lui dévoiler les charmes de la cambrousse ,

et pour être encore plus précise,

la balourdise de ses autochtones.

Mon bled sur l’échelle de la branchitude fait pitié.

Nonobstant ces carences modesques

(on se fait à tout !)

avec le temps,

si je me suis attachée au patelin,

j’ai un lourd contentieux avec ses contadins.

Je vais te conter tout cela en images ça sera plus éloquent…

 

C’est parti :

 

Attention, certaines images peuvent être de nature à heurter la sensibilités des plus revêches...

 

 

terrasse.jpg
Clic, clic clic ici

 

*************************
*****************
****************
************
***************
*************************************************************************
scoop.jpg
Avec ses barmen Canons de la Mort
*****************************************
*********************************
*****************************
*****************
***********
***
************************************************************************
relooking024.jpg
Le bar Trendy où l'on te farde
********************************************************
***********************************
*************************
*****************
***********
*****************************************************************************
relooking013.jpg
Où l'on dégage un peu plus ton front pour te faire une gueule de Con Contadin
*****************************************************************************************
***********************************************************
************************************
*************************
*****************
***********
***
Ensuite,
lorsque la nuit tombe,
que le contadin et la contadine commencent à frissoner,
et qu'ils n'y voient plus rien
avec leur masque Dolce Gabbana
*******************
************
*********
******
***
*
Clic, Clic, Clic là
normal_iguanecafe_122007_15.jpg
Parce que les filles sont hype
********************************************
**************************************
***********************
***************
***
*****************************************************
igwane.jpg
Habillées comme à Paris
***********************************************
***************************
***********************
******************
***************
***
************************************
normal_iguanecafe_122007_34.jpg
Les D.J ont un regard pénétrant
*****************************************
***************************
**************
***********
***
normal_iguanecafe_210208_10.jpg
**************************************
******************
************
********
***
Et tu peux faire ta Cindy Sander
jusqu'au bout de la nuit
sans que Dédé Manoukian,
il te fasse bouffer ton papillon de lumière!
Ils l'aiment pas Dédé, ici.
Ils disent qu'il y connait rien en sansson chanson
et qu'il est messant méchant...
***********************************
**************
**********
***
Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.
T'es pas à Paris ici!
Il va me lapider le contadin...
***
à bientôt mes têtards