Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 juillet 2009

Happy Birthday, Mr.President

nelson.jpg

 

Carla Bruni fait partie des gens

dont je me demande

si je les aime

ou

si je les aime pas.

N'empêche, que ce matin,

moi qui ai 36000 défauts

mais qui ignore les affres de l'envie,

j'ai eu envie d'être Carla Bruni.

Bin ouais.

Je sais,

c'est con.

Y'a pas de quoi faire des bonds sur sa chaise non plus.

Non.

Ce qui eût été vraiment con,

c'est que j'eusse voulu être

Sophie Davant

ou

le Maire de ma ville.

Reste que

 j'ai eu envie d'être the First Lady.

Reconnais,

Franchement,

Chanter une mélodie pour l'anniv de Nelson,

c'est quand même pas rien.

Comment y devait jubiler l'autre !

 Comment elle a du délirer, elle...

 J'aime ce que chante cette fille.

J'aime sa douleur,

je me reconnais dans ses tourments.

 

J'ai eu envie d'être elle pendant un instant.

Puis, j'ai pensé à Justine.

Et l'envie est partie.

Rien_de_Grave.jpg
J'ai eu envie d'être Carla.
Et,
C'est Justine qui m'est revenue...

 

 

Extrait :

Il portait des baskets neuves, ce soir-là. Il était allongé sur le lit, ses baskets neuves aux pieds. D’abord j’ai cru que c’était parce qu’il en était content, parce qu’il voulait les admirer et me les faire admirer, je ne savais pas que c’était pour partir, en courant, pour toujours. Pourquoi tu n’enlèves pas tes baskets ? j’ai demandé. Elles sont chouettes, mais il est deux heures du matin, t’as envie de faire l’amour avec tes baskets mon amour ? Non, il a dit, sans rire ni sourire, non, j’ai pas envie de faire l’amour avec mes baskets, j’ai quelque chose à te dire. Ah bon, quoi ? Je me suis pelotonnée contre lui. En rentrant de mon bureau, je l’avais appelé : tu as besoin quelque chose ? Non. Du fromage, des Frosties ? Non. Parce que je vais aller faire des courses, il n’y a plus de Coca, ni de thé je crois, tu veux sûrement quelque chose ? Rien. Rien, t’es sûr, c’est dommage, car je voudrais bien te faire plaisir, moi. Alors, fais-moi plaisir, ne me rapporte rien s’il te plaît. Cette conversation m’avait sidérée. Il ne disait jamais non aux Frosties, d’habitude. Jamais non au fromage. Parfois on se levait la nuit, moi pour aller boire une verre de lait, lui pour se faire un sandwich…

Publié dans Bavardages | Commentaires (4) |  Facebook | |