Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 août 2009

Elle is dead...

 

ELLLL.jpg

Le "Elle",

j'crois que j'ai appris à lire avec.

Chaque semaine,

alors que je visitais ma grand-mère,

je me lovais dans son vieux club

et je dévorais la revue

d'une seule traite.

Le "Elle" m'a guidée,

aiguillée,

éclairée,

inspirée,

enseigné...

Quelque part  le Elle m'a façonnée,

et si aujourd'hui,

j'ai la prétention de penser que je possède

"un oeil"

avisé et sagace

en matière de bon goût,

c'est en partie au Elle que je le dois.

Pourtant

de plus en plus,

comme un vieux pote

que tu vois

fréquemment

et qui n'évolue pas comme toi

aujourd'hui

le ELLE me soûle...

Ses diktats de branchitude commencent à me chauffer grave...

Le "ELLE"  qui se voulait un magazine de référence

a basculé dans la facilité.

Le "ELLE"  savait inventer la mode,

à contre courant des canons esthétiques,

des dogmes,

 il était maître pour révéler les égéries,

telle que Sagan en slim blanc, marinière et pieds nus dans ses chaussures,

saganlelievre_.jpg

 

telle que Hepburn en Wayfarers, collier de perles et silhouette Givenchy...

audrey-hepburn-.jpg

Le "ELLE"  c'était l'inspiration,

l'imagination,

l'influence...

T'avais pas besoin de payer l'ISF

ou de taper des revolvings pour te construire un look,

Le "ELLE"  t'inculquait l'allure,

t'initiait à l'élégance...

Est-ce l'époque,

est-ce le monde,

est-ce la mode qui ont fait que "ELLE" se soit à ce point galvaudé?

Regarde, ce qu'il est devenu aujourd'hui ton "ELLE"...

La rentrée Trendy des petits...

 

A.jpg


Pour faire comme maman.
Imperméable croisé avec boutons en corne gravés du logo Burberry, environ 267 €, Burberry.

 

 

 

AB.jpg

 

Des ballerines pas nœud-nœud « Miss Marc Jacobs », à partir de 150 €, Little Marc Jacobs.  

 

                                                                                

ABB.jpg

Des imprimés qui rappellent les vacances !
Robe, 99€, Antik Batik.

ABBB.jpg

 

T-shirt « Monkey », à partir de 47,50€, Little Marc Jacobs.

 

Voilà, j'ai perdu ma boussole,

j'suis pas certaine que ça soit comme ça qu'on élève des gosses...

Madame Lazareff, Madame Giroud, réveillez vous, Elle est devenu fou!


03 août 2009

Lâchez-moi...

marron.png

 

Moi je dis qu'à « ELLE »,

ils deviennent un peu du genre,

complètement sots.

OK,

Août est une période creuse,

 il est donc logique de déterrer les bons vieux marronniers,

mais faudrait voir quand même

à pas trop nous prendre pour des jambons,

vois-tu...

En septembre,

 on nous ressortira

le poids des cartables,

la rentée littéraire,

les vendanges

et le vaccin anti-grippe.

En attendant,

 aujourd'hui dans ma BAL,

j'ai eu droit à un mail

so aoûtien,

so excitant, and

so encourageant :

Minceur : Comment se lâcher sans prendre un gramme ?

 

Sur le moment je me suis dit :

Chouette,

se lâcher,

enfin briser les chaînes,

s'enflammer...

 

Bin, bin, bin

que j'faisais à la fin de l'article,

rien de nouveau sous le soleil,

y'a pas à chier

si tu veux t'apparenter à la chétive brindille des podiums

qui se la pète en marchant,

va falloir te serrer grave la ceinture.

Te corseter même,

voire te fusitiger !

 

En gros,

 pour ETRE maigre

il faut FAIRE maigre.

L'envoyée spéciale de la minceur du Elle,

( le magazine qui commence à nous prendre grave pour des andouillettes !)

elle t'explique que

SURTOUT

faut zapper le dessert.

 

En blackboulant l'entremets,

y paraît que les calories que t'as absorbées

au déjeuner

sont cramées par tes activités de l'après-midi...

 

 Poisser tes cuissots de graisse à traire,

faire pipi dans l'eau,

décrypter Closer, Voici ou Gala,

mater les CRS en moule-bite sur la grève

 sont-ce des activités ?

Sois sincère Bouton,

sont-ce des activités ?

 

Si tu fais partie de celles et ceux qui enchaînent les gymnastiques,

qui, du volley se pointent à la plongée,

ou du fitness déboulent au tir à l'arc ;

sois gentil de tracer ta route.

D'façons, on partira jamais en villégiature ensemble.

 

 Ca me rappelle de vieilles vacances en Crête

avec mon vieux chéri.

 Nous avions éclusé tous les rades du port.

Nous nous apprêtions à regagner nos pénates

lorsqu'une famille entière de taverniers

nous supplia

(oui, su-ppli-a, nous sommes hyper-charismatiques!)

 de prendre un verre.

Nous bûmes à leur prévenance,

à leur tendresse,

à leur sirtaki.

 Cela s'entend,

le lendemain nous étions démolis,

aussi, nous décrétâmes d'endiguer nos céphalées

par une virée en mer,

ultra-sportive.

A savoir,

une flânerie en pédalo.

Ca peut être très physique le pédalo.

Ca peut être très nonchalant aussi.

pedaloss.jpg

 

Nous avions (encore une fois) opté pour la torpeur.

Nous nous laissions piane-piane dériver vers le large,

exactement comme dans cette chanson de Sardou,

"Il y avait un Requin Chagrin

Requin Chagrin...

La La La La La La La...

Toi, sur le bateau de ton pèèèèèèère,

tu bronzais nue à ciel ouveeeeeeert,

les oiseaux survolaient tes seins..."

sardou.jpg

Brusquement,

je fus prise d'une irréfrénable envie de bière.

Va savoir pourquoi,

 les penchants de l'ivrognerie

sont souvent déconcertants !

Je tentai un embarrassé :

 « T'as pas soif ? »

à l'homme qui lisait

ou qui feignait de lire.

Mon envie devint obsédante.

 

Je devins harcelante.

 

Nous pédalâmes comme des furieux

 

pour rejoindre la plage.

 

Je vis l’homme courir jusqu’au bar,

 

puis reparaître,

 

chancelant sur les galets saillants,

 

la bibine chahutée…

 

Je me souviens avoir murmuré :

 

« Le nul, il fout tout à coté ! »

 

 

 Tout ça pour t’énoncer sans détour

 

l’idée que j’ai du « lâchage »…

 

Commencer l’apéro par un Perrier

 

ou un thé glaçé,

 

boire un seul verre de vin au lieu de 2,

 

pour moi c’est so thaumaturgique…

 

poids.jpg