Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 mai 2009

Désinvolture

mlf ouioui.jpg

Hello les copains,

 En m'réveillant

 j'me suis dit

que j'allais m'la jouer

 J.K Rowling aujourd'hui,

 du coup j'ai claqué la porte,

histoire  ne pas avoir à reluquer

le bordel dans la chaumière.

Dès potron-minet,

 à l'heure où blanchit la campagne,

j'ai débarqué sur la Place Rouge.

Qui était vide.

Devant moi ne marchait pas Nathalie.

Quel bonheur

que ce petit de rayon de soleil

sur mes deux joues

toutes roses et toutes fraîches,

me suis-je dit, sans-façon !

Je me suis attablée à une terrasse,

 j'ai pris un café.

A l'heure qu'il est,

j'y suis toujours

 mais les minutes s'égrenant,

 je songe puissamment à me commander une coupe.

Tout en me laissant aller au bonheur démesuré

de faire ce qu'il me plaît,

j'en suis arrivée à la constatation suivante :

Je ne suis pas féministe.

Ne t'offusque pas mon copain,

 attends plutôt

 de considérer

 les innombrables avantages

 à demeurer le sous-verge d'un homme.

Parce qu'il y en a,

 crois moi des bénéfices

à ne point hurler avec les chiennes de garde,

et à faire taire une fois pour toutes les meutes hurlantes.

Je ne réclame pas l'égalité.

Non, je vais beaucoup plus loin.

Je prône carrément l'infériorité.

Et partant du principe que les extrêmes s'attirent,

j'en arrive cette conclusion

formelle et irréfutable :

La Femme est un être Supérieur.

 Pour moi c'est du bla-bla, le discours féministe.

Je m'en tape

qu'on parle de l'Homme lorsque l'on parle de l'Humanité,

je m'en tape que les apôtres étaient des mecs,

ça me fait rire qu'on veuille m'échanger contre des dromadaires,

j'aime bien qu'un homme paye le resto,

 qu'il me porte mes valises... 

Ca m'intéresse pas de changer un pneu

mais

ça me rassure qu'en cas de naufrage

ça soit

                   -Les femmes et les enfants d'abord-                              

 Prenons un exemple très simple

démontrant la vassalité de l'homme.

Un truc tout con.

Un homme se fait des pâtes.

Il reste sagement debout,

figé

devant l'eau qui chauffe,

puis,

figé

devant  l'eau qui bout,

puis,

 figé

devant la coquillette qui cuit.

( Et j'te parle pas d'l'état de l'évier après la bataille !)

Une femme se fait des pâtes.

Pendant que l'eau bout,

elle vide le lave-linge,

elle remplit le sèche linge,

elle sort les poubelles,

elle fait réciter

'Le Dormeur du Val'

au p'tit dernier,

 le houspille parce qu'il ânonne,

se sert un verre de rouge.

Pendant que  la coquillette cuit,

la femme déplie une nappe en lin,

déniche quelques bougies,

chapelle le parmesan...

Si tout ça, c'est pas le Super Pouvoir,

Alors,

dis-moi

C'est quoi le Pouvoir ?

 

Mais tu vois Copain,

bizarrement cette puissance

 me rassure,

 me libère

et

me flatte.

 

L'émancipation,

faut pas l'implorer,

 faut l'exiger.

J'en suis à mon 3 ème mari.

Un homme qui astique

qui repasse

ça ne me parle pas!

J'attends d'un homme

qu'il me laisse libre...

Je suis ici attablée en terrasse,

je suis une femme des années 80

donc une femme jusqu'au bout des seins,

 n'empêche qu'un homme

 qui ne reconnaît pas le génie en toi,

n'est tout simplement pas digne de toi.

Le poète a toujours raison,

 'la femme est l'avenir de l'homme'.

Point Barre.

mlf.jpg