Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 janvier 2011

Gstaad...

chalet.jpg

Bon me revoiloù les copains!

Je sais, je vous avais promis une chronique où j’allais démancher quelqu’un chaque semaine…

C’est que voyez-vous, je suis infiniment bonne, infiniment aimable et que le pêché me déplaît! (un peu comme Dieu en fait!)

C’est surtout qu’ elle était nulle au fond, cette planification du taillage!

A tout prendre, n’ayez crainte je continuerai à écharper ici, les uns et les autres, mais j’aime autant que le lynchage soit improvisé…

Si, si c’est mieux!

Bref, j’avais disparu.

Aux vues des statistiques infaillibles du Web 2.0, vous êtes quand même plusieurs dizaines de milliers à passer voir tous les jours, si l’inspiration m’a regagnée et d’aucuns penseront que je devrais m’excuser pour cette défaillance.

Point du tout, leur réponds-je!

C’est encore moi la tôlière que je sache…

 

Tout s’est un peu évanoui autour de moi, ces temps ci.

Un peu comme lorsque t’es en vacances.

Décembre a été frétillant.

Oui, l’hiver a ses beautés!

Barricadée dans mon petit chalet de Noël pour y cameloter des cochonnailles, je me suis prise à penser que j’étais en villégiature.

Faut dire que la météo m’avait plus ou moins flanquée au chômage technique, et pour lors, l’oisiveté étant la mère de tous les vices, je me suis pas mal galvaudée.

Quitte à me sentir en villégiature, j’ai imaginé que je j’étais descendue à Gstaad…

Il passait du Johnny en boucle sur le marché ce qui a du stimuler mon état confuso-onirique!

C’était bon d’entendre le ronronnement de la neige croûteuse sous mes Moon Boots (bien plus mythiques que les Ugg!) et de prendre mon air pas sérieux pour déambuler dans les tortilles du foirail…

Mes amis, mes copains, mes cousins, mes chéris, mes chalands fidèles venaient me saluer ponctuellement et nous ne perdions jamais une occasion de porter le toast.

Ce qui fait que je me suis beaucoup pochardée.

Tu penses bien que lorsque je rentrais tardivement au bercail, j’avais moyen l’énergie pour te pondre un billet.

Surtout que le divertissement aura quand même duré 5 semaines.

Soit 3,88 neuvaines.

C’était pas une bonne idée cette rêvasserie Gstaadienne.

J’aurais peut-être mieux fait de tabler sur un lieu plus thermal.

 

C'est con, j'y ai pas pensé! 

 



 

Publié dans Bavardages | Commentaires (4) |  Facebook | |