Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 septembre 2012

Ca commence comme un rêve d'enfant, on croit que c'est Dimanche...

 

doctireligieuses.jpg


Salut les moineaux,

Ca commence comme un rêve d'enfant, on croit que c'est Dimanche...

Et, c'est dimanche.

N'en pouvant plus de m'encroûter dans le lit médical,  hier j'ai décidé de m'accorder ma première sortie.

Ma motricité étant encore un peu craintive, j'ai opté pour une promenade point trop scabreuse, à savoir, un attrayant vide grenier.

J'ai toujours travaillé les dimanches, alors quand l'occasion se présente de chômer le Jour du Seigneur, je baigne dans l'allégresse!

Mes bienveillantes copines sont venues me chercher, et nous avons roulé, fourmillantes de rêves, jusqu'aux festivités.

Au débotté, et comme un cadeau de la providence, nous avons croisé la route de deux improbables auto-stoppeuses.

Un peu comme dans la chanson de Fugain quoi, on s'est croisé au bord du chemin, à cela près que nos deux pèlerines étaient des carmélites.

J'ai tout de suite flashé sur l'indigo de leur toge, en pensant qu'elle auraient peut être un plan à me refiler, moi qui brûle d'amour pour les cotonnades. (On a l'esprit brocanteur ou on l'a pas! )

Elles ont pris place dans l'auto et d'emblée, nous avons été frappées d'un éblouissement venu de je-ne-sais-où.

Je ne déconne pas.

Des chants d'église ont commencé à fuser dans mes oreilles et je sentais dans ma désespérance, sourdre la promesse d'une vie meilleure.

J'étais assise à la place du mort et lorsque je me suis retournée, j'ai bloqué grave devant les grains de peau serrés et soyeux.

Sérieux, on aurait dit une pub pour Sisley et son émulsion écologique.

Elles ont pas du faire beaucoup de bringues que j'ai pensé dans mon for.

Laurence a mis un peu le turbo, rapport que nos deux moinesses étaient à la bourre.

Elles sortaient de l'office et s'en retournaient, je te le donne en mille: à l'office!

Ben quoi? Ca t'arrive pas à toi de faire toutes les chapelles?

On a papoté, elles nous ont expliqué que Jésus avaient brisé nos chaînes et que nous étions à présent, tous, délivrés du mal.

Comme c'est pas tous les jours qu'on prend le Bon Dieu en stop, on en a profité pour poser toutes nos questions.

On a mis en doute la parole du Seigneur en arguant, que maintes fois, il rappelle à lui des innocents de façon bien cruelle.

Elles ont objecté que c'était pas lui et que quoi qu'il en soit, un jour, nous nous retrouverions.

Pendant une seconde, je me suis imaginée la fantasmagorie des retrouvailles et y'a eu comme un petit bercement de mon coeur et le temps s'est suspendu.

Peut être qu'à cet instant Dieu était vraiment là, va savoir...

Nous les avons déposées devant l'église, le pieux appel de l'angélus tintait dans le soleil.

Elles nous ont tendu une petite bondieuserie en guise de bakchichs et s'en sont retournées à leur absoute en s'engageant à ne pas nous oublier dans leurs prières.



Nous, après on a chiné des vintageries pendant des kilomètres...


 

docticaisse.jpg

 

 

doctidrapsps.jpg

Dieu était partout...

 

doctizinc.jpg

doctiverres.jpg

 

docti carafe.jpg

Partout...


chaisevieillies.jpg

 

 

Les petites choses n'ont l'air de rienmais elles donnent la paix ... Dans chaque petite chose, il y a un Ange.
Bernanos.

 

Mention spéciale à Maurice Lecomte, Maire d'Hesdigneul pour l'organisation de cette gigantesque braderie qui rassemble près de 1000 puciers.

Une vraie et belle fête de village qui fleure bon l'authenticité et la camaraderie...





 



16 septembre 2012

Oh Bâtard...

 

 

doctilarousse.jpg

J'ai toujours aimé farfouiller dans les encyclopédies médicales.

Déjà, lorsque j'étais môme, je passais des heures à mater les photos de maladies incurables sur le Larousse, avec un gros penchant pour les affections de peaux.

Plus le mal paraissait incurable et contagieux et plus je jubilais...

Je surkiffais les machins bien dégueu, avec du pue inside: Les ulcères, les pustules, les phlegmons, les furoncles...

Enfin, tu vois la gamine super équilibrée quoi!

Ma mère pensait que j'étais en passe de devenir un grand ponte de la dermatologie.

Comme j'avais aussi tendance à mutiler les araignées en les amputant , mon père optait plutôt pour serial killer...

Mais,ne nous éloignons point trop du sujet.

Y'a quelques temps, lorsque je me suis retrouvée à l'article de la mort, mon vieux destin de doctoresse a resurgi et je m'en suis allée flanquer mon nez chez Doctissimo, histoire de voir si je n'étais pas rongée par l'infâme tourteau.

Seigneur, Marie, Joseph!

Oh Bâtard...

Le level de Doctissimo c'est du lourd...


 Je te fais donc gracieusement cadeau de quelques pépites pour embellir ton dimanche.


 

charogne stoned,doctissimo,iphone5,hernie discale

 

charogne stoned,doctissimo,iphone5,hernie discale

 

charogne stoned,doctissimo,iphone5,hernie discale

 

charogne stoned,doctissimo,iphone5,hernie discale

charogne stoned,doctissimo,iphone5,hernie discale

 

 doctiserviettes.png

charogne stoned,doctissimo,iphone5,hernie discale

 

 

 


Publié dans Bavardages | Commentaires (2) |  Facebook | |

13 septembre 2012

Si tel est votre Désir...

 

harlemcoupeafro.jpg

 

Salut les camarades, c’est Charogne.

Je viens aujourd'hui te parler d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, et qui s'apelorio: Harlem. 

Présentement Harlem,  (En vrai, il s’appelle Jean-Philippe, mais il faisait pas assez immigré le sobriquet pour créer le Désir !), fait le buzz presqu'autant que l'Iphone 5!

Lui et moi, on a presque le même âge.

Autant te dire que le barouf des années 80 fait autour de « Touche pas à mon pote », j’ai connu…

En 84, (l’année de Peter et Sloane), la France découvre Harlem comme en 68 elle a découvert Cohn-Bendit.

Irréfragable messager de la jeunesse, médiatisé à donf, notre jeune loup a toutes les audaces et ne rechigne pas à aller au charbon.

A grand coup de concerts et de manifs, Jean-Philippe (II) devient en moins de rien l’idole des jeunes. 

C'est à se demander si avec un pote comme Julien Dray et un sponsor comme Pierre Bergé, les choses n'ont pas tendance à un peu s'accélérer...

Oui, c'est à se demander...

Pendant toutes ces années où il préside "SOS Racisme", Jean-Phi continue d'être le salarié d'une société basée à Lille.

Le job est fictif.

Il écopera de 18 mois de prison avec sursis et de 30 000 francs d'amende, pour recel et abus de biens sociaux.

En 92, François Mitterand  passe l'éponge sur 80000 francs de PV de stationnement...

Rien de bien nouveau sous le soleil.

Dans ces années là, j'avais un jeune beur comme voisin de palier.

Il avait monté une petite société de laveur de vitres.

Il bossait comme un Turc, mais sans connaissances comptables il a commis quelques négligences.

Dans le droit du travail la négligence est une faute.

L'addition a été si salée qu'il n'a pas encaissé.

Il s'est tiré une balle dans la bouche, la veille de Noël, il avait trois enfants.

Fermons la parenthèse.

Vincent Peillon veut enseigner la morale à l'école.

Soit.

Mais laquelle?

Est-il vraiment confirmé dans ce pays que l'absolution est réservée aux apparatchiks, et que l'Autre France, celle des classes populaires, affaiblie et chancelante, n'ait pour seules alternatives que le renoncement et le sacrifice?

Je n'ai rien contre Harleme Désir, même si je considère qu'il a sa part de responsabilité dans la raclée qu'a pris Jospin en 2002.

Je me dis seulement que la gauche, la belle gauche de Jaurès est devenue un parti de bobos ploutocrates n'ayant d'autre proposition que de faire la promotion de l'immigration dans laquelle elle entrevoit un vivier électoral riche et prometteur...

 

harlemconcert.jpg

 

harlemtouche pas a mon pote.jpg

 

harlemaubry.jpg

 

harlemhumour.png