Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 septembre 2010

Retrouvailles...

les-retrouvailles-des-amis-721_jpgElise-Bordelais1.jpg

Me revoilou les copains…

Faut m’excuser, hein…

Je sais que le poison de l’attente est souvent féroce, et que la vie a dû te paraître bien exigüe sans mes petits billets (presque) quotidiens…

Mais que te dire ?

C’est que ma life est trépidante, des fois et que Charogne, a volontiers, bien du mal à suivre, vois-tu !

J’ai eu tant à faire ces derniers mois…

En ce jour de grève nationale, je reviens vers toi, je sais que tu es là…

Oui comme Gilbert ( Bécaud) je reviens te chercher…

Je ne pense pas tellement avoir changé…

Bon je t’épargne, l’homélie sur ma saison  jobesque.

Nous autres, les gens de marché, on a tendance à penser qu’on est plus courageux que tout le monde, pis, d’façon tu croirais pas à mes horaires de forçat…

On passe.

Du coup, ça restreint le mémorial, je t’avoue.

Tant pis, je vais te livrer néanmoins mes quelques effervescences, mes émeutes, mes transes, mes vertiges, mes grâces, mes délices, mes contritions, mes pénitences, et tout ce qui s’ensuit, de ce que furent ces deux ou trois mois de saison sèche.

 En vrac:

  • J’ai observé ma fille. La contemplation a fusé vers l’extase. Cet enfant me fortifie, me corrobore un peu plus chaque jour.
  • Je me suis offert un Shearling.
  • J’ai entrevu quelques possibles nouveaux amis. Tantôt par pure coïncidence, tantôt par un fatal couronnement comme après un long voyage que l’on aurait traversé.
  • J’ai changé de parfum.
  • J’ai écrit à un ami qui ne m’a pas répondu.
  • J’ai arrêté de me signer avant de doubler les camions.
  • J’ai fait une promesse à une blogueuse lumineuse et je ne l’ai pas tenue. (Promis Mumu, si demain la poste n’est plus en grève je t’expédie le Graal !)
  • Je me suis enfilée toutes les saisons de Weeds. Et j’ai adoré.
  • J’ai revu (trop courtement) une amie de laquelle je m’étais éloignée. Pas eu le temps d’entonner « Buvons encore une dernière fois, à l’amitié, l’amour la joie… On a fêté nos retrouvailles, ça m’fait d’la peine mais il faut que je m’en aille… »
  • J’ai pas encore osé lire « Grandir » , j’ai devant ce livre comme une frousse affective tant les cinq premières lignes m’ont bouleversée.
  •  Je me suis questionnée en boucle : « Faut ils dire aux gens qu’on aime qu’ils partent en couilles lorsqu’ils partent en couilles ? » J’ai pas trouvé la réponse !
  • J'ai fait des siestes plus longues que l'exil, interminables comme des marchés sans argent...
  • Je ne suis pas partie, mais je me suis sentie parfois très loin. 
  • Suis-je d'ailleurs complètement revenue?

 

 

Publié dans Bavardages | Commentaires (4) |  Facebook | |