Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 décembre 2009

Jingle Bells

 

Avant sur miroir.jpg

C’est bientôt l’anniv du Divin Enfant, et j’vois trop comment on pourrait forfaire au barouf des réjouissances.

 

Ayé, le revoilou le légendaire, le gigantal marronnier de Décembre.

Celui qui te colle des gracieuses petites étoiles partout, des grosses boules qui boudinent ta gorge et des vieilles épines d’épicéa dans le jonc de mer de ton salon…

Admettons que ça soit sympa Noël.

Admettons.

Ouais, mais nan !

Parce que Noël c’est un peu tout et son contraire…

 

D’emblée, y’a l’angle logistique.

Si t’as la faveur d’être invité et de pouvoir écraser ton fondement sur la bergère et tes petons sous l’autel, t’as rudement du bol !

Parce que ça a l’air bassement terre à terre comme ça mais faut r’connaître  que c’est un boulot de ouf ces médianoches…

 

C’est exquis le chapon, la truffe, les zakouskis, mais c’est un creusage de méninges sans nom, la concoction du festin !

(Cherchage d’idées + règle de 3 + mitonnage)

 

 

C’est grandiose les empilages de cadals, le raphia, le papier de soie, les frisottis de bolduc…

Sauf que les tribulations pour quérir les offrandes ça n’use pas que les souliers, ça affûte grave les nerfs aussi…

(cherchage d’idées + règle de 3 + emplettes + empaquetage nocturne)

 

C’est craquant les yeux écarquillés des gamins, les petits souliers devant la cheminée, la longue lettre bourrée de promesses…

Ce qui est, sans contredit, moins pâmant c’est la scélératesse des gnomes durant l’intermède.

Lorsque t’as  arpenté dix crémeries pour dégoter la cocci-mobile et qu’tu pinces le p’tit dernier à transpercer les Babybels à la supérette, la bête à bon Dieu tu n’as plus qu’une envie, c’est de lui niquer sa race !

 

 

C’est précieux la joie de s’attabler en famille.

N’empêche que le perdurable dilemme affleure chaque année.

Se partager entre la famille, la belle-famille ça crée un affrontement perpétuel.

 (Conflit + engueulade + vieilles rancunes = clash)

Tu râles 2 mois avant l’échéance, tu rechignes, tu fais la gueule, et en fin de compte tu te retrouves le 24 à minuit chez SA mère en train de déballer ta corbeille Yves Rocher en feignant l’extase!

 

Sans compter que la recomposition de la famille laisse une marge importante à l’équation personnelle !

( Tes enfants + ses enfants + vos enfants = Imbroglio aggravé)

Conclusion :

 Noël, tu le fêtes, tu le fêtes pas, tu flippes quand même !

 

 

 

Publié dans Bavardages | Commentaires (5) |  Facebook | |