Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 décembre 2009

Tourner les serviettes

cotillons0ks.jpg 

Je suis une aventurière de la nouba et j’ai pas besoin d'un rancard pour me mettre une bonne mine.

J’men contrecarre de taper une scène  le jour de la Saint Valentin, ch’uis pas une brebis docile qui obtempère et si mon vieux chéri, il charrie je le bastonne même si ce jour là est conjecturé pour se rouler des pelles !

Non mais…

 

J’me dis toujours que je pourrais facilement zapper la Saint Sylvestre sans pour autant flipper comme une junkie en manque…

 

N’empêche que, entre le dire et le  faire, il y a un monde que je n’ai jamais osé franchir…

Ainsi, chaque année je me retrouve à faire tourner les serviettes, la gorge enceinte de serpentins, soufflant si fort dans la sarbacane, ( que le ciel s’en ouvre par endroit !) le plus souvent en tête de la farandole…

 

La grande féminitude, quoi !

 

A l’heure où je t’écris, tu vas pas me croire, je n’ai encore rien d’envisagé pour jeudi soir.

J’ai beau me dire que je m’en bats le coquillard, cette vacuité festive  commence à m’affoler un brin…

 

S’il y a un désistement dans tes médianoches, ou si uniquement tu veux atteindre les cimes de la rigolade tu serais mignon de me siffler incessamment.

Je te dois toutefois, de te préciser que je me sustente que de Caviar Osciètre, que je bois comme un homme et que nous serons 3. (Je ne sors jamais sans mon amant !)

Bien évidement tu n’es pas vulgaire, tu ne me parles pas de P.A.F je suis un peu raide ces jours çi…

 

Dans l’attente de ta convocation, je t’embrasse.

 

Publié dans Bavardages | Commentaires (4) |  Facebook | |